metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Expérience de transport en commun au Japon
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Le métro de Montréal et d'ailleurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2014 8:54 pm    Sujet du message: Expérience de transport en commun au Japon Répondre en citant

Parce que la copie est une forme d'hommage, voici un fil faisant écho à celui d'amos404. Où le sien relatait ses déplacements en Europe, le mien va relater mon expérience dans les transports au Japon.

Bon, je commence, arrivée à l'aéroport international de Narita. Si vous croyiez que Mirabel était loin de Montréal, vous n'avez rien vu. Narita est situé à 60 kilomètres à vol d'oiseau du centre-ville de Tokyo! Heureusement, contrairement à Mirabel, les Japonais ont construit les infrastructures requises pour que l'aéroport fonctionne. Ainsi, l'aéroport a une ligne de trains express vers le centre-ville, qui fait le trajet en 1 heure. En fait, il a plusieurs lignes le desservant, à des vitesses différentes.

Voici d'ailleurs le schéma des lignes reliant Narita au reste du Japon


Après 13 heures de vol, je dis au diable les dépenses, je prends le plus rapide et le plus direct en direction de la station Ueno.

Première chose que je vois en descendant sur le quai de trains:


Ah... je suis vraiment au Japon. Les machines distributrices sont partout, même à l'extérieur dans des quartiers résidentiels.

Bon, quant au quai lui-même, c'est un quai souterrain typique japonais, l'opposé exact des quais du métro de Montréal. À Montréal, les quais sont uniques et artistiques, mais sales et mal entretenus. Au Japon, les quais sont coulés dans le même moule et très fonctionnels, mais très propres et bien entretenus:



Voici que je suis dans le train, qui sort du sol rapidement et est largement situé sur un viaduc sur la majorité du trajet. C'est la nuit, je ne peux pas vraiment voir ce qui est autour, les Japonais ne sont pas forts sur l'éclairage nocturne, sauf dans les coins chauds. Après 13 heures de vol, je suis heureux d'être dans un train silencieux, confortable et avec beaucoup d'espace pour les jambes.

Il y a de l'espace pour les bagages en haut des sièges et à l'arrière de chaque wagon, mais c'est un train reliant l'aéroport, donc ce n'est pas surprenant.



L'écran en haut affiche des informations sur le trajet, incluant une image montrant où nous sommes rendus (malheureusement, je n'ai pas de photo le montrant).

Je me rends à Ueno, à partir d'où je peux rejoindre mon hôtel en 10 minutes de marche. Devant la station se trouve une intersection majeure, donc ils ont construit des passages piétons, qui sont tellement nombreux qu'ils forment essentiellement une plaza piétonnière en face de la station.



Dans le prochain épisode, description du métro de Tokyo.


Dernière édition par simval le Jeu Jan 23, 2014 11:26 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
zombiebus



Inscrit le: 06 Jan 2012
Messages: 266
Localisation: chauffeur Transdev Beloeil. CIT vallée du richelieu

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2014 10:10 pm    Sujet du message: Les Asiatiques sont plus avancé Répondre en citant

Une vrai ville du futur quand ont regarde tout ce qu'ils font . Tout le contraire d'ici ! Les contrôles pour le péage du métro sont comme ici ou comme en Europe ? Je veux dire par là , ont-ils des changeurs ou paiement sur honneur avec contrôle de temps en temps ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
amos404



Inscrit le: 30 Juin 2011
Messages: 334
Localisation: pointe aux tremble (MTL)

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2014 10:54 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ce pays est fascinant! un jours peut être je le visiterai! Bien hâte à la suite!
_________________
La surgouvernance est à la métropole ce que les trous noirs sont à l'univers: un corps extrêmement dense qui avale tout ce qui a le potentiel de rayonner. (François Cardinal)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Trainsforever8



Inscrit le: 17 Nov 2011
Messages: 1175

MessagePosté le: Jeu Jan 16, 2014 10:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Japon est mon pays preferer pour le transport en commun et le transport ferroviere! Vraiment on pourrais prendre exemple d'eux dans beaucoup de choses, merci pour ce sujet, je m'attend a plus!
_________________
DENSHA!!!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 12:05 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je pensais en parler un peu plus tard, en parlant du métro, mais je vais répondre à ta question tout de suite.

Pas mal tous les transports en commun au Japon, que ce soit les trains régionaux, les Shinkansen ou les métros, fonctionnent de la même façon. Le paiement pour les trains est universellement basé sur la distance parcourue. Donc arrivé à la station, la première chose qu'il faut faire, c'est de regarder le tableau des prix pour savoir combien coûte le déplacement, comme cet exemple du métro de Tokyo:


Le cercle jaune au centre à gauche, c'est la station où j'étais. Le reste du réseau est identifié sur la carte avec des montants sur chaque station. Il faut trouver la station où l'on veut aller et noter le prix. Par exemple, si je veux aller à Nihonbashi (en tout cas, je crois que c'est Nihonbashi, je lis encore mal les Kanji, mais je reconnais "Ni" et "Hon")


Le prix affiché est de 190 yen. Au taux de change actuel, c'est environ 2$ (c'était 2,50$ quand j'y suis allé... mer.. j'aurais dû attendre que Shinzo Abe rentre et fasse baisser la valeur du Yen pour aider les exportations avant d'y aller!).

Bon, quand on a déterminé le prix, on va à une machine où on achète un billet d'un montant de 190 yen. On choisit le montant du billet et on paie celui-ci, généralement en argent comptant. Ah, le Japon, pays du soleil levant... et de l'argent comptant, la majorité des restaurants et petits magasins ne prennent pas les cartes de crédit, je vous ai averti. Il n'est pas rare de tomber sur des guichets automatiques qui ne donnent que des billets de 10 000 yen (100$). Ici, presque pas capable de payer quoi que ce soit avec un billet de plus de 20$, mais là-bas, leurs guichets peuvent ne donner que des billets de 100$!

Si on n'a pas le change exact, pas de problème, la machine fait le change, même avec des billets de 10 000 yen (100$). Je sais, je sais: "QUOI!? Une compagnie de transport en commun qui rend la monnaie, C'EST INCONCEVABLE!!! Ils devraient refuser de te vendre un billet et te donner une contravention à place!"

Bref, tu achètes un billet magnétique, qui retient l'information de la station où tu l'as acheté ainsi que le montant dessus. Puis tu vas à une des barrières où tu mets le billet pour l'ouvrir:




La barrière s'ouvre, tu entres ET TU REPRENDS LE BILLET. Tu dois le garder sur toi jusqu'à ce que tu atteignes ta destination. À ce moment, tu repasses dans les barrières à sens inverse, tu dois insérer le billet dans la barrière pour l'ouvrir, la machine bouffe alors ton billet et tu peux sortir (donc, je n'ai pas d'exemple de cette sorte de billet). Si tu n'as pas un montant suffisant, tu dois aller à une machine d'ajustement de tarif sur le quai, insérer le billet et payer le montant excédentaire pour avoir un nouveau billet d'un montant correct. Si tu n'as pas de billet, tu ne peux pas sortir, les barrières ne te laissent pas passer, tu dois en acheter un au prix le plus élevé possible.

C'est comme ça que fonctionne les transports en commun au Japon, en tout cas, c'est la base. Les tarifs pour les courtes distances sont faibles, par exemple, en métro ça commence à 160 yen (environ 1,70$), mais plus on voyage loin, plus ça coûte cher, ça peut devenir très cher dans des régions éloignées (je vais en parler plus tard d'un exemple de ça).

Il y a d'autres modes de paiement:

1- La carte Suica: une carte à puce comme OPUS, à la différence qu'elle est un portefeuille électronique. Donc tu peux mettre 2 000 ou 5 000 yen et l'utiliser au lieu des billets, chaque fois tu dois scanner en entrant et en sortant, et le montant approprié est débité de la carte. Tu peux la recharger quand tu veux. La carte Suica est désormais utilisable dans la majorité des transports en commun au Japon, et peut même être utilisée pour faire des achats dans les dépanneurs et certains magasins, surtout à Tokyo.

2- Les passes quotidiennes: les compagnies de transport municipales en ont souvent. C'est comme un billet normal, tu dois la passer en entrant et en sortant, mais tu peux le reprendre en sortant.

3- JR Rail Pass: valide seulement sur les réseaux des compagnies JR (les compagnies de trains régionaux) et disponible uniquement aux étrangers. Il est impossible d'en acheter en sol japonais. Il faut l'avoir achetée avant d'arriver et la faire activer au Japon. Pendant une certaine période de temps, tous les trajets du réseau JR sont gratuits, il suffit de la montrer au guichet à côté des barrières en entrant et en sortant. Même les Shinkansens (à deux exceptions) sont accessibles gratuitement. Si vous prenez un Shinkansen, ça vaut la peine en titi, un seul voyage en Shinkansen peut rentabiliser la passer.

Ils ont aussi des passes mensuelles qu'ils mettent sur les cartes Suica. Mais ça ne marche pas comme ici. Ce sont des "commuter pass", conçu pour les travailleurs, tu dois identifier un certain trajet, c'est-à-dire d'une station à une autre, et à partir de là, les trajets effectués entre ces deux stations sont gratuits pour le mois, incluant les trajets se faisant dans des stations intermédiaires entre les deux sélectionnées.

Il y a quelques exceptions où il y a des contrôleurs qui passent vérifier, mais c'est dans les trains longue distance et express. Si tu as un siège réservé, un contrôleur va passer vérifier (même les Shinkansens ont des sections non réservées soit dit en passant). Si tu es dans un train express, qui fait un trajet plus rapidement que le train normal, il faut payer un supplément express, et alors un contrôleur passe dans le train et vérifie que tous en aient un, sinon, ils t'en "vendent" un sur place (pas de contravention, il faut juste que tu lui achètes). Mais même dans le Shinkansen et dans les express, il suffit de passer le billet dans la barrière en entrant dans la station et de le passer en sortant rendu à destination. Je dois dire que la première fois que j'ai pris un train de VIA après être allé au Japon, j'ai trouvé la manière de fonctionner de VIA complètement archaïque et mal adaptée. VIA copie les lignes d'avions (une connerie... y a-t-il un pire moyen de transport que les avions quant au fonctionnement des billets et de l'embarquement?), pas les métros, il faut réserver un billet à l'avance et le présenter à un employé de VIA qui veille sur la barrière, ne laissant passer le monde que lorsque le train est arrivé, comme si du monde qui attend sur le quai, c'était inacceptable.

Ça peut paraître compliqué à prime abord, mais on y prend rapidement l'habitude. Le système est très bien rodé et est excessivement clair (ce n'est pas comme ici avec les autobus des CIT qui ont des zones, comment ça marche? Est-ce que je peux prendre un autobus qui va dans la zone 7 si j'ai une TRAM zone 5 et que je débarque dans la zone 5? Personne n'explique jamais rien ici, on suppose que les gens savent ou qu'ils demanderont au conducteur s'ils ne le savent pas, c'est effarant).

En tout cas, j'espère avoir répondu à la question, et je vais passer au métro de Tokyo demain.


Dernière édition par simval le Sam Jan 18, 2014 11:04 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gl



Inscrit le: 31 Mai 2002
Messages: 3172
Localisation: Laval

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 9:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ca me rappelle mon voyage a Tokyo en 1988. J'ai visité la station Shinjuku mais j'étais en groupe (pour la cie Toshiba) et on a fait tous nos déplacments en autobus nolisé. La première chose qui te frappe en arrivant la est que tu te sens tout a coup comme "illettré" et ne peut pas vraiment lire des choses qu'on prend pour acquis, comme la carte du métro qu'on voit ci-haut. Oui, tout est généralement très propre dans la ville. Ils ne gaspillent vraiment pas d'espace! J'ai même vu des commerces situés sous une route surélevée (comme la métropilitaine ici). Il y a des machines ditributrices pour n'importe quoi, et les restaurants affichent presque toujours des modèles 3-D des plats qu'ils ont comme menu dans les vitrines.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
_Mathieu_



Inscrit le: 04 Mai 2013
Messages: 136
Localisation: Paris, France

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 11:21 am    Sujet du message: Re: Les Asiatiques sont plus avancé Répondre en citant

zombiebus a écrit:
Les contrôles pour le péage du métro sont comme ici ou comme en Europe ? Je veux dire par là , ont-ils des changeurs ou paiement sur honneur avec contrôle de temps en temps ?

Les deux systèmes cohabitent en Europe selon les réseaux (voire même au sein d'un réseau)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 7:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon OK, continuons.

Je suis resté deux semaines au Japon, la première semaine, j'étais dans un voyage organisé par Intrepid Travel. Ce sont des voyages semi-organisés, dans le sens que l'on a un guide en permanence et un itinéraire prévu, mais nous sommes libres de faire ce que nous voulons et nous ne sommes pas isolés dans un autobus nolisé tout le long du voyage (comme des enfants en voyage scolaire). C'est une formule qui me plaît énormément, ça nous donne un meilleur aperçu de la vie quotidienne, nous permet de mieux explorer les transports en commun et on rencontre du monde intéressant à l'esprit ouvert.

L'autre semaine, je prévoyais voyager seul avec mon japonais de base et une passe JR et visiter Osaka, Aizu-Wakamatsu et Sendai avant de revenir à Tokyo.

Bon, assez sur mes vacances personnelles, Tokyo et son métro...

...Ou plutôt, Tokyo et SES métros. Car en effet, il n'y a pas un système de métro à Tokyo, il y en a deux. Trois même si on compte le réseau de trains régionaux des groupes JR qui traverse la région de Tokyo et qui offre un service similaire au métro, avec le même fonctionnement au niveau des tarifs que le métro.

Pour les métros, il y a Tokyo Metro, le réseau le plus développé, relevant d'un groupe privé, et le réseau Toei, qui relève du gouvernement local de Tokyo. Ensemble, ils donnent la carte suivante du métro:


C'est normal d'être confus. Les lignes JR sont aussi présentes sur la carte, mais en lignes minces, donc moins visibles. Si on prend les lignes JR en isolation, voici ce que ça donne:


Bien évidemment, avec toutes ses lignes, la grande majorité de Tokyo se trouve à moins de 500 mètres d'une station de métro ou de trains. Ce qui fait en sorte que les autobus sont pas vraiment nécessaires pour la majorité du monde. Il y a quand même un réseau d'autobus, géré par Toei, la compagnie municipale, quoique je n'en ai jamais pris, et je ne me rappelle pas en avoir vu non plus...

Quelques chiffres, Montréal a 1,6 million d'habitant, la part modale du transport en commun est d'environ 20%, et la STM possède environ 2 000 autobus. Tokyo, au sens le plus strict du terme, soit les 23 arrondissements spéciaux, a 13,2 millions d'habitants, 37 millions dans son aire urbaine et la part modale des transports en commun est de 51% (mais la marche et la bicyclette accaparent un autre 37% de part modale, ne laissant que 12% aux voitures). Le réseau d'autobus de Toei emploie... 2 000 autobus. Ça démontre bien à quel point le réseau d'autobus est insignifiant. Tokyo est vraiment la capitale des rails.

Si vous allez un jour à Tokyo et que le métro vous fait tourner la tête, un petit conseil: Yamanote. La ligne Yamanote de JR est particulièrement utile pour les touristes, c'est une boucle avec du service dans les deux sens qui relie tous les centres-villes de Tokyo (car Tokyo a BEAUCOUP de centres-villes). Donc pour les touristes, c'est une ligne très, très utile, car ça relie les points d'attraction principaux de Tokyo. Mais évitez les heures de pointe, la ligne Yamanote est probablement la ligne de transport en commun la plus achalandée au monde, j'ai vu des chiffres différents sur la fréquentation en pointe, ça varie entre 80 000 et 100 000 passagers par heure par direction aux points les plus achalandés. 3,7 millions de personnes l'utilisent à chaque jour. À elle seule, son achalandage est le triple de l'achalandage de la STM au complet.

D'ailleurs, voici une photo de la ligne Yamanote, en période hors pointe le soir (genre vers 20h-21h, mais un vendredi je crois, donc c'était chargé quand même)



Heureusement, je suis grand, j'ai un peu d'oxygène, je plains les personnes de petite taille.

Point intéressant à noter, il y a des écrans de télévision dans les trains de la ligne Yamanote, certains servent à indiquer où l'on est rendu dans le parcours, les autres diffusent des annonces en permanence (mais sans son).



L'écran avec "Yebisu" est un écran de télévision qui joue des annonces. Et de la publicité, il y en a à mourir dans tous les trains du Japon, c'est plein. Sur les rebords entre les murs et les toits, sur les "strappes" souvent, il y a également des affiches suspendues au toit.

Les métros et les rails sont très fonctionnels et très similaires d'une ligne à l'autre. Au niveau des transports, les Japonais sont très fonctionnels, les projets de transports sont là pour déplacer des gens, et pas pour faire beau dans le paysage ou être des galeries d'art.

Beaucoup des stations de métro principales sont gigantesques et incorporent des centres d'achat. Voici de quoi a l'air la station d'Ikebukuro:


Il y a quelques exceptions, la plus frappante est la station Tokyo, au centre d'un quartier des affaires massif, mais qui est restée un bâtiment historique et patrimonial.

Voici de quoi a l'air le quartier où elle est située:


La station est à gauche, la voici de face:


(Ben tiens, un autobus, je ne l'avais pas remarqué avant... mais ce n'est pas un autobus de la ville).

De quoi a l'air la circulation à Tokyo? Et bien, les rues sont étroites, les routes sont limitées à des basses vitesses, la capacité routière est faible et il y a peu de stationnements, qui coûtent un bras quand ils existent... bref, il n'y a presque pas de problème de congestion à Tokyo.



Voici une photo prise d'un des nombreux points d'observation de la ville dans les gratte-ciel. À noter le faible nombre de voitures même sur la rue majeure au centre de la photo en bas. Aussi, noter les gratte-ciels, ils peuvent sembler être partout, mais regarder mieux... ils ne sont pas dispersés partout, ils sont concentrés à certains endroits. Laissez-moi les identifier.


Pourquoi ils sont en îlots comme ça? TOD. Transit-Oriented-Development. Les gratte-ciel sont situés près des stations de métro, à mesure qu'on s'éloigne, les bâtiments deviennent de taille plus modeste. Il y a même des maisons unifamiliales de 2 étages à 1 kilomètre de Shinjuku, la station la plus achalandée du monde (et c'est drôle, quand on y arrive en train, l'avertissement suivant est lu en japonais et en anglais sur les intercoms du train: "Attention, nous approchons de Shinjuku, il est possible que nous ayons à freiner brusquement pour éviter un accident, faites attention").

Voici quelques images de rues typiques de Tokyo, pour donner une vision à partir du plancher des vaches de ce que Tokyo a l'air loin des quartiers les plus centraux:





Dans les rues étroites comme la dernière image, tous les usagers de la route sont sur le même pied d'égalité. Piétons et cyclistes voyagent fréquemment dans le centre de la rue, pas juste sur les accotements. Quand il y a des trottoirs, surtout sur les artères principales, les cyclistes circulent en général sur ces trottoirs, comme le démontre cette traverse à une intersection:


La cohabitation piétons-vélos se fait assez aisément. Il faut dire que le vélo au Japon est un moyen de transport normal, ce n'est pas un sport. On peut voir des hommes d'affaires en veston-cravate sur des vélos, des mères en robes avec leur enfant en arrière, etc... et pas un casque en vue. Il y a également des stationnements de vélo souvent gigantesques, mais même s'ils se font voler, ce n'est pas un gros problème: le mamachari typique Japonais n'a pas de vitesse, ou 2-3 seulement, a un cadre en acier le plus simple du monde, des freins assez de base et coûte 10 000 à 20 000 yen (100 à 200$). Par contre, il vient équipé de pleins d'équipements de base, comme une lumière fonctionnant à dynamo, des paniers ou des attaches pour panier à l'arrière, un support pour garder le vélo debout et une clé avec cadenas sur le cadre des pneus pour pouvoir "barrer" la roue, quelqu'un peut partir avec mais ne peut pas partir dessus. Bref, des vélos utilitaires et confortables, pas sportifs pour une cenne.

Assez de Tokyo, la prochaine étape de mon voyage est à Nikko, une petite ville un peu au nord-est. Une ville célèbre car c'est là que repose Ieyasu Tokugawa, le chef de guerre qui a unit le Japon en 1600 et qui a créé le shogunat Tokugawa qui a régné en roi et maître sur le Japon jusqu'à la restoration Meiji en 1868. Pour ceux qui avaient suivi "Shogun" à l'époque à la télé, il est l'inspiration de Toranaga.


Dernière édition par simval le Sam Jan 18, 2014 11:37 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
zombiebus



Inscrit le: 06 Jan 2012
Messages: 266
Localisation: chauffeur Transdev Beloeil. CIT vallée du richelieu

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 10:21 pm    Sujet du message: excellent Répondre en citant

Vraiment ca ne peut être plus complet que ce que tu viens de nous offrir !
Et en plus c'est expliqué avec des images très claires.
Merci pour tout ces partages
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Ven Jan 17, 2014 10:50 pm    Sujet du message: Re: excellent Répondre en citant

zombiebus a écrit:
Vraiment ca ne peut être plus complet que ce que tu viens de nous offrir !
Et en plus c'est expliqué avec des images très claires.
Merci pour tout ces partages


Justement, est-ce que j'en dis trop? Est-ce que je devrais être plus concis dans les messages suivants ou c'est correct comme ça?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nanar



Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 1295
Localisation: Lyon (France) - âge : 61 ans

MessagePosté le: Sam Jan 18, 2014 11:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

Salut

Fais comme tu sens. Tu ne satisferas de toutes façons jamais tous les publics.
Et c'est très intéressant. L'essentiel est d'éveiller la curiosité, ce que tes posts font très bien.

Pour aller plus loin (et ce n'est qu'un exemple, internet offre d'immenses possibilités) :
https://www.google.fr/search?client=ubuntu&channel=fs&q=public+transport+in+japan&ie=utf-8&oe=utf-8&gws_rd=cr&ei=U6faUs6FB-Gc0QXAjYCwBA#channel=fs&q=public+transport+in+japan&tbm=vid

A+
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
amos404



Inscrit le: 30 Juin 2011
Messages: 334
Localisation: pointe aux tremble (MTL)

MessagePosté le: Sam Jan 18, 2014 11:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

oh il y en a jamais trop surtout pour une ville que peut de gens ont visité (comparativement a Paris) ça dépend de toi j'aurais pu raconter beaucoup plus de chose mais je n'avais pas assez de motivation! Très intéressant!
_________________
La surgouvernance est à la métropole ce que les trous noirs sont à l'univers: un corps extrêmement dense qui avale tout ce qui a le potentiel de rayonner. (François Cardinal)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Sam Jan 18, 2014 1:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mon but n'est pas de satisfaire tous les publics... mais il faut bien en satisfaire quelques-uns! Sinon, on parle à un mur

En tout cas, j'aimerais profiter de ce moment pour louanger la colonne vertébrale des transports en commun au Japon, la pierre d'assise du système, sur laquelle tout repose... les Shinkansens? Non, non, non. Ils sont une merveille, mais ce dont je veux parler n'est pas glorieux comme ça. Ce sont des chevaux de travail, pas des coursiers pur sangs. Ils n'en ont pas la gueule, mais ils sont plus essentiels encore.

De quoi je parle? Des trains régionaux.

Des lignes à une vitesse moyenne de 40 à 80 km/h qui traversent le Japon, souvent dans dans des vallées entre les montagnes ou le long des rivières, et qui relient pratiquement toutes les villes japonaises ensemble. Je les assimile à un réseau autoroutier, mais pour le transport en commun, qui permet de se déplacer rapidement et confortablement d'une ville à l'autre. C'est ce réseau qui fait en sorte que si vous demandez à un Japonais où il habite, il répondra spontanément par la gare de trains la plus près. Et c'est ce réseau qui fait en sorte que si vous demandez un itinéraire au Japon à Google Maps, Google Maps vous donne par défaut l'itinéraire en transport en commun, et non en voiture.

Ces réseaux servent aussi un autre rôle: offrir des transports en commun rapides à des régions trop peu peuplées pour justifier la construction de métros ou de tramways. Ainsi, même les villes de 30 000 ou 40 000 habitants peuvent avoir 2 ou 3 stations de trains, et avec des tarifs à la distance et un fonctionnement rapide copié sur les métros, ils servent également de train de banlieue ou de métro pour la région, permettant aux gens de rapidement se déplacer d'une station à l'autre, sans avoir besoin de voiture. Ils forment une colonne vertébrale qui attire les développements commerciaux et résidentiels.

Tout comme les autoroutes traversant des milieux urbains jouent le rôle à la fois de routes pour les déplacements interurbains longue distance et pour les déplacements courte distance de gens allant au travail, les trains régionaux japonais sont utiles pour les déplacements longue distance et courte distance. Tout comme quelqu'un voulant aller quelque part au Québec peut simplement aller sur l'autoroute puis aller dans la direction voulue et suivre les indications, un Japonais qui veut aller quelque part peut simplement aller à la gare la plus près et prendre le train vers sa destination.

Assez de blocs de texte, je pars de Tokyo vers Nikko, justement à bord d'un de ses trains:


Ce train est d'un modèle assez ancien, mais encore confortable et assez silencieux. Je crois qu'il appartenait à une ligne privée, car il existe encore des lignes privées de train au Japon, allant vers quelques régions peu peuplées.

Voici un vidéo que j'ai filmé à bord du train. Il y a un cillement, mais c'était un problème ponctuel, qui n'était là qu'à ce moment, et qui est peut-être amplifié par ma caméra. Mettez-le en sourdine au pire.
http://www.youtube.com/watch?v=8DGkycLHXAM

Voici deux images du quai de la gare de Nikko, avec une vue extérieure sur le train:



La gare de Nikko est un terminus, avec plusieurs quais pour "garer" des trains (je crois). Ce qui donne quelque chose qui n'est pas très esthétiquement plaisant du côté des rails:


Pensons encore aux autoroutes un instant. Imaginons qu'on construise une autoroute, et que des habitants des villes avoisinantes disent "Hey, votre autoroute, c'est laid en cr..." et s'y opposent. Que répondrait-on? "L'autoroute n'est pas faite pour être belle, c'est fait pour te mener où tu veux aller rapidement. Si tu trouves que c'est laid, regarde ailleurs et laisse nous tranquille avec tes objections de pacotille!" (je paraphrase)

C'est environ la même philosophie que les Japonais ont avec les trains régionaux. C'est peut-être laid, mais ce n'est pas supposé être beau, c'est là pour être fonctionnel.

D'ailleurs, voici l'espace en face de la gare de Nikko:


Une belle plaza piétonnière, un petit terminus d'autobus et des bâtiments commerciaux encadrant la zone.

À noter que l'idée que tous les bâtiments doivent être en retrait de 6 à 10 mètres de la rue, qui est très populaire en Amérique du Nord, n'a absolument pas la cote au Japon, même dans les petites villes. Les bâtiments sont situés très près de la rue, qui elle-même est étroite. C'est une conception urbaine qui priorise la marche plutôt que les véhicules.





Au Japon, la ville, c'est la ville, même si c'est une petite ville de 20 000 à 100 000 habitants. La campagne, c'est la campagne, et l'idée d'essayer d'incorporer les deux dans un ensemble mi-ville, mi-campagne en ayant des grosses pelouses en face des bâtiments n'est vraiment pas populaire. Ils préfèrent des villes plus denses, ce qui préserve plus de terrains naturels.

Au niveau transport et urbanisme, je crois que c'est assez, ensuite, je m'en vais direction Hakone, une petite ville d'où il est possible de voir le mont Fuji.

Je mets fin à ce message avec quelques photos de Nikko:

Le lieu du dernier repos de Ieyasu Tokugawa

Les trois singes. Oui, ça vient de là.

Une pagode.

Un pont sacré.

Les jizo.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bigdan



Inscrit le: 11 Nov 2011
Messages: 95

MessagePosté le: Sam Jan 18, 2014 10:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour ces belles photos et toutes les explications ... j'ai l'impression de faire le voyage au Japon !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 2039
Localisation: Pierrefonds, Québec

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 12:21 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de partager! Excellentes photos!
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
amos404



Inscrit le: 30 Juin 2011
Messages: 334
Localisation: pointe aux tremble (MTL)

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 12:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

je n'avais pas prit la peine de rajouter des photo de mes destination mais ça enrichit agréablement le texte! sans oublier que le sujet principale de ce forum sont les transport en commun
_________________
La surgouvernance est à la métropole ce que les trous noirs sont à l'univers: un corps extrêmement dense qui avale tout ce qui a le potentiel de rayonner. (François Cardinal)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 1:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
je n'avais pas prit la peine de rajouter des photo de mes destination mais ça enrichit agréablement le texte! sans oublier que le sujet principale de ce forum sont les transport en commun


Je sais, c'est pourquoi la majorité de mes photos sont sur le transport ou sur l'urbanisme orienté pour le transport en commun. Mais je crois qu'on me pardonnera si je mets quelques photos de voyage pour garnir le tout.

Oh, j'avais oublié de le mentionner: dans le train vers Nikko, en partant de Tokyo, nous étions dans un train à 6 wagons. Arrivé à une station plus loin, le train s'est séparé en deux, la première partie allant à Nikko, la seconde à une autre destination dont je ne me rappelle plus le nom. Ainsi, dans une section plus achalandée, le train avait 6 wagons, dans les parties moins achalandées, ça tombait à 3. La même chose s'est faite à sens inverse, deux trains de trois wagons sont arrivés en même temps, ils les ont joints et le train est reparti vers Tokyo avec 6 wagons.

Voici de quoi ça avait de l'air, vu de haut:


C'est intéressant et impressionnant. Il faut vraiment avoir des trains à l'heure pour faire ça correctement. C'est comme un ballet.

Bon, prochain étape, Hakone, qui se trouve à l'ouest de Tokyo. On reprend le train jusqu'à Tokyo, puis on part de Tokyo vers Hakone en train jusqu'à la station d'Odawara, dans la ville d'Odawara.

D'abord, voici une vision panoramique à partir d'un quai de train de Tokyo (où l'on a dû passer pour aller à Hakone)


C'est bâti très près de la ligne et de nombreux commerces et restaurants y sont situés. C'est vraiment comme un petit centre-ville.

Voici une photo à bord du train pour Odawara:


Remarquez les deux jeunes en chemise blanche et en pantalons noirs, ce sont deux étudiants. Encore une fois, je suis sur un train régional, pour un long trajet (d'environ 80 km), et il y a des hommes d'affaires et des étudiants qui utilisent le train pour des déplacements locaux. Un bel exemple de ce double rôle local et régional de ces lignes de trains.

Bon, on arrive à la station Odawara, mais on se dirige à un ryokan (auberge traditionnel japonais) à Hakone, donc le trajet n'est pas fini.

Entre temps, voici des clichés du quai de la station d'Odawara ainsi que de l'extérieur. Il s'agit d'une ville de 200 000 habitants, située trop loin de Tokyo pour en être une banlieue.


Son quai d'arrivées.



De quoi la station a l'air de face.



En face de la station. On peut voir des passerelles piétonnes surélevées, une partie du terminus d'autobus de l'endroit et des bâtiments de 8 étages en face avec des commerces, des restaurants et des bureaux, ainsi que des salles de karaoke (カラオケ en lettre rouge). C'est un petit centre-ville autour de la station, même dans une ville de taille moyenne. Ainsi, le réseau d'autobus est radial autour de la station, facilitant les déplacements vers celle-ci, que ce soit en autobus de la ville même ou en train des villes de "banlieue", et c'est également la porte d'entrée de la ville pour les voyageurs en train.

Bon, à partir de la station d'Odawara, nous continuons le voyage en autobus. D'ailleurs, voici un cliché de l'horaire de l'autobus:


Similaire un peu à nos horaires ici, quelques arrêts majeurs nommés, les heures prévues en colonnes... mais ici il y a une colonne de plus, celle des tarifs. Ceux-ci sont ceux à partir d'Odawara, les tarifs varient en fonction d'où l'on est embarqué et d'où l'on débarque.

Comment ça fonctionne, c'est qu'en embarquant, on doit prendre un numéro, qu'on conserve avec soi. On ne paie pas en entrant, mais en sortant. L'autobus a un tableau afficheur en avant, avec un prix pour chaque numéro, ces prix changent périodiquement. Quand on veut débarquer, on regarde sur ce tableau pour le prix associé au numéro, on prépare sa monnaie et on mettre le numéro au conducteur, puis on dépose l'argent dans la boîte, et on sort. Si on n'a pas le change exact... pas de problème, il y a une machine qui fait la monnaie dans l'autobus.

Vous noterez également le prix très important de l'autobus: pour aller d'Odawara à Senkyoro-mae, il faut payer 1020 yen (10,50$), pour une distance d'environ 20 kilomètres et un temps de parcours de 44 minutes. Ça revient à 0,50$ le kilomètre environ. Malgré le prix important, l'autobus reste abordable pour les courtes distances, comme les trains, l'autobus en question servait d'autobus régional et local à la fois. Les trains sont plus abordables, entre 0,20 et 0,30$ le kilomètre. Les Shinkansens sont plus dispendieux par contre, entre 0,30 et 0,40$ par kilomètre selon ce que j'ai vu.

Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'au Japon, les transports appliquent le principe d'utilisateur-payeur à la lettre. Les compagnies de transport en commun sont peu ou pas subventionnées. En même temps, les autoroutes doivent également se payer d'elles-mêmes, elles sont donc à péage, à un coût de 10 à 15 yens le kilomètre parcouru (10 à 15 cents) (sans parler d'une taxe sur l'essence de 54 yen par litre, environ 55 cents, contre environ 29 cents ici (provincial+fédéral)). On pourrait dire que le transport coûte cher au Japon, mais ce serait erroné, le transport coûte TOUJOURS aussi cher, c'est juste qu'ici, on le subventionne à l'os, subventionnant ainsi l'étalement urbain. On paie le prix ailleurs, tout simplement. Au Japon, l'utilisateur paie le plein prix.

Les autobus au Japon ont une autre particularité, voici le schéma des autobus de la compagnie d'Hakone:


Notez bien que chaque arrêt est nommé. Dans l'autobus, l'arrêt suivant est affiché et annoncé par des haut-parleurs. Bien pratique pour savoir où débarquer.

Pour ceux intéressés, voici un film de 2 minutes de ma balade en autobus
http://www.youtube.com/watch?v=F216K7HqwUA

Voici la route principale reliant les petites villes de la région, sur laquelle l'autobus roulait:


Encore une fois, malgré la faible population, remarquez que les bâtiments sont vraiment adjacents à la route. Notez aussi l'étroitesse de la route, ça ne roule pas très vite dans le coin.

Prochaine étape, Kyoto... par Shinkansen! (pour ceux qui avaient hâte que j'en parle)

Je vous laisse sur quelques photos de Hakone:

Un bateau de croisière arrangé pour ressembler à un bateau pirate, pour se promener sur un lac.


Des sources chaudes en montagne à Hakone, réputées pour les kurotamago:


des oeufs noirs! Ce sont des oeufs typiques, mais cuits dur dans des sources chaudes où le souffre (je crois) réagit avec la coquille de l'oeuf pour la noircir. Malgré l'allure bizarre, le goût de l'oeuf est le même (j'ai été un peu déçu).

Des montagnes d'Hakone, on peut également apercevoir, quand on est chanceux, le mont Fuji:


Finalement, une petite expérience personnelle que j'ai bien aimée:


Les Japonais font des miracles avec la crème glacée molle, il y en a des douzaines de saveurs! Au caramel, à l'orange, au soba (un sorte de nouille!)... même au wasabi! Nous en avons chacun pris 1 ou 2 pour essayer les différentes sortes.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nanar



Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 1295
Localisation: Lyon (France) - âge : 61 ans

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 2:26 pm    Sujet du message: Rail et développement urbain au Japon Répondre en citant

Bonjour

Un lien intéressant sur le rail et le développement urbain japonais.

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient3.htm

Il décrit comment les compagnies privées de chemin de fer ont tellement modelé la périphérie des villes japonaises
qu'elles se sont rendues incontournables pour les habitants, et que le mode routier est incapable de les concurrencer.

Elles ont fait l'opposé de ce qu'a fait Général Motors en rachetant les compagnies de tramways de Los Angeles Californie
pour les démanteler, les remplacer par de médiocres services de bus, et finalement faire une voie royale pour les automobiles.

Bonne lecture

A+
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
simval



Inscrit le: 26 Mai 2013
Messages: 295

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 3:01 pm    Sujet du message: Re: Rail et développement urbain au Japon Répondre en citant

nanar a écrit:
Bonjour

Un lien intéressant sur le rail et le développement urbain japonais

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient3.htm

Bonne lecture

A+


Il y a beaucoup d'éléments intéressants, mais aussi beaucoup d'opinions biaisées et arrogantes de l'auteure.

Elle suppose la supériorité européenne. Par exemple, elle note le "sous-équipement" des infrastructures routières, les routes occupant moins du territoire à Tokyo que dans les grandes villes américaines et européennes, et elle montre ça comme exemple que les "pouvoirs publics" ne remplissent pas leur responsabilité envers "l'intérêt collectif".

Je lui renvois la balle, est-ce que c'est que le Japon est "sous-équipé" en routes, ou est-ce l'Amérique et l'Europe qui sont foncièrement suréquipés? Je penche pour le second. Rappelons-nous que plusieurs villes américaines, même européennes, ont rasé des quartiers en entier afin de construire des routes à haute vitesse dans leurs coeurs. Que les trottoirs ont été réduits à une mince bande de rien du tout afin de laisser tout l'espace possible aux véhicules motorisés. Les rues étaient autrefois les terrains de jeu des enfants dans les villes, aujourd'hui, les rues n'appartiennent souvent qu'aux voitures, en mouvement ou stationnées.

Est-ce si mal que le Japon n'ait pas embarqué dans ce mouvement, dans cette mentalité où seul l'automobiliste comptait? Les piétons n'ont pas besoin de routes excessivement larges, ni les usagers des transports en commun. En fait, les routes larges leur nuisent en allongeant leurs déplacements et en compliquant la traverse des rues et routes, sans parler des dangers pour les cyclistes sur ces routes, pris entre des voitures stationnées et des voitures en mouvement, à un demi-mètre de la mort. Avoir un réseau routier plus étendu est un bien pour les automobilistes, mais pour personne d'autre. Dans une ville où seul 12% des déplacements se font en voiture, est-ce que c'est vraiment dans l'intérêt collectif que d'augmenter le réseau routier, favorisant 12% de la population au détriment des 88% restant?

L'auteure semble reprocher également la plus grande flexibilité au niveau du développement urbain. Tout d'abord, le Japon a du zonage également, mais ce zonage est beaucoup plus flexible qu'en Amérique et en Europe. Elle voit ça comme un autre "manquement" du pouvoir public envers l'intérêt collectif. Je suis en désaccord. Les villes japonaises respirent, elles sont organiques et se développent en fonction des besoins des résidents. Les villes américaines et européennes, emprisonnées dans le zonage excessif, sont bien souvent figées dans le temps, des musées autant (sinon plus) que des villes, où beaucoup de développements sensés (écoles, commerces de proximité, etc...) se voit pris en otage par des conseils d'urbanisme des villes, noyautés par des "pas dans ma cour" réfractaires au changement en quête de power trip, qui s'amusent à tout bloquer.

Bon, je m'arrête là, je ne veux pas dévier le sujet de mon propre fil en un débat sur un article, je préfère continuer ma présentation.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nanar



Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 1295
Localisation: Lyon (France) - âge : 61 ans

MessagePosté le: Dim Jan 19, 2014 5:16 pm    Sujet du message: Re: Rail et développement urbain au Japon Répondre en citant

simval a écrit:


Il y a beaucoup d'éléments intéressants, mais aussi beaucoup d'opinions biaisées et arrogantes de l'auteure.

Elle suppose la supériorité européenne.

Oui.
C'est un travers des français, de noter ce qui dans les autres pays leur semble aller moins bien qu'en France,
évidemment jugé de leur point de vue particulier, en fonction de leurs pré-acquis "culturels" .
Mais j'ai mis l'article pour la description de comment les chemins de fers ont modelé les villes japonaises.
Ce n'est pas tellement éloigné de ton sujet.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Le métro de Montréal et d'ailleurs Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com