metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Tarification sociale en 4 volets pour le transport collectif

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> TEC
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Lun Jan 14, 2019 7:43 pm    Sujet du message: Tarification sociale en 4 volets pour le transport collectif Répondre en citant

Pour un véritable droit à la mobilité et un transport collectif équitable pour vrai à Montréal !

Tarification sociale solidaire et équitable du transport en commun: pas juste à la STM


Pour que les personnes à faibles revenus aient un droit plus juste à la mobilité, il devrait y avoir un tarif social ou appelé parfois un tarif solidaire ou tarif solidarité.


L'an dernier, le «Baromètre CIRANO» avait mesuré qu'adhéraient à l'idée d'une tarification sociale pour le transport collectif:

82% des Québécois et

87% des résidents de la région de Montréal






Davantage d'utilisateurs par le tarif social pour développer un transport collectif équitable

Voir: https://mtlurb.com/topic/15322-artm-discussion-generale/?page=14&tab=comments#comment-351923


La plus grande source de nouveau financement du transport en commun est des subventions de notre argent collecté par la Gouvernement du Canada.



Diminuer la congestion dans laquelle "baigne" le transport collectif

au prix d'accroître la congestion automobile solo


Le concept de voie semi-réservée, une solution possible ?

https://bit.ly/2UOvaeH



Par quoi commencer pour améliorer la situation du transport collectif ?

https://mtlurb.com/topic/15322-artm-discussion-generale/?page=14&tab=comments#comment-351929



Dans la foulée des consultations de l'ARTM qui comprend la refonte de la tarification...

Obtenir une meilleure fréquentation par des tarifs plus justes socialement, pour ensuite obtenir un meilleur financement pour une meilleure offre de services ?

ou

Obtenir un meilleur financement pour une meilleure offre, qui permettra ensuite une tarification sociale ?


Dernière édition par Asdf le Jeu Fév 14, 2019 10:05 am; édité 15 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le PAB



Inscrit le: 24 Juin 2006
Messages: 9925

MessagePosté le: Jeu Jan 17, 2019 9:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

j'aime beaucoup l'idée

quelqu'un qui est sur le chômage pourrait avoir un sérieux coup de pouce pour la recherche d'un nouvel emploi..

entre la fin d'un emploi et la livraison d'un premier chèque,il se passe en moyenne 10 semaines,donc,la personne se retrouve sans revenu pour un minimum de 6 à 8 semaines avant de recevoir un chèque,ce qui implique des retards dans les compte courant et un sérieux handicap pour la recherche d'emploi..ensuite,quand la personne début un nouvel emploi,il doit patienter 2 à 3 semaines avant sa première paye..
donc,entre temps,comment fait il pour se rendre au travail et faire ses lunchs pour le dîner,avec presque rien..le chômage lui donne 70% de son revenu avec l'emploi précédent et après 6 à 8 semaines,il doit rattraper l’arrérage sur ses compte courant et ses loyers donc,pour les déplacements,c'est compliqué..

en été,y a l'option du vélo dans bien des cas,mais en hiver on fait quoi?..
d'où l'importance d'avoir un tarif social,que je classerais dans un 4e volet,puisque dans plusieurs cas,la situation est temporaire..

pour les assistés sociaux avec le chèque sans contraintes au travail..
la tarif social s'appliquerait pour les étudiants et pour les déplacements essentiels,donc,en semaine seulement..seraient exclus,les déplacements loisirs..donc,tarif social il s'agit d'une aide de dernier recours,donc,très souvent un choix fait pour éviter de travailler,faut quand même conserver un dissuasif pour éviter un surnombre de bénéficiaires qui pourrait entraîner des déficits important

dans le cas de contraintes sévère à l'emploi,le tarif social s'appliquerait automatiquement à 25% du tarif normal..ces personnes ne font pas le choix d'avoir recours à cet aide..ils y sont très souvent contraints à ce choix..ça permettrait de briser l'isolement,ce tarif serait universel,jusque dans la zone 8,soit STM,STL,RTL et RTM bus et train de banlieue


pour les familles,un adulte pourrait en tout temps accompagner jusqu'à 5 enfants qui eux,voyage gratuitement si ils ont moins de 12 ans et entre 12 ans et 18 ans,le tarif serait de 1$ par enfant..


pour les personnes à faible revenu et deça de 20 000$ brut par année,ça serait un tarif de 1,25$ par passage

les personne devront présenter une attestation émise par n'importe quelle société de transport de l'ARTM pour bénéficier du tarif social..lors d'achat de titre
la carte OPUS serait munie d,une photo et ne serait utilisable que par la personne dont le nom et la photo apparaissent sur la carte OPUS..la prise de photo serait faite lors de l'activation du titre,à toute les station service sur le réseau
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Ven Jan 18, 2019 2:28 pm    Sujet du message: Tarification sociale en 4 volets pour le transport collectif Répondre en citant

Transport en commun: tarification solidaire à la STM et ailleurs dans la région de Montréal: suite...

Enfants et pré-ados, 13 ans et moins: gratuité pour tous, lorsqu’accompagnés par un adulte

Pour un enfant ou un jeune de moins de 14 ans, qui voyage accompagné d’un adulte (bénéficiant ou non du tarif social), il n’y aurait pas de frais supplémentaire au tarif de cet adulte, pas plus que de frais pour le jeune. Il pourrait y avoir un maximum de 10 jeunes encadrés par cet adulte.


Dernière édition par Asdf le Jeu Fév 14, 2019 10:06 am; édité 6 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Ven Jan 18, 2019 2:34 pm    Sujet du message: Tarification sociale en 4 volets pour le transport collectif Répondre en citant

Tarification sociale à Montréal, selon le revenu pour un transport collectif équitable

Des critères simples et justes, qui ne sont pas selon le statut ou selon la fonction dans la société

Le corollaire de cette politique de tarification sociale est qu'une personne qui a un revenu annuel supérieur à 24,000 $, devrait payer le tarif de base, pareil qu'un travailleur à petit salaire, que celle-ci soit, par exemple, une personne aînée, une étudiante, une travailleuse autonome, une immigrante, une chercheuse d'emploi, une stagiaire, une analphabète, une aidante naturelle, une non-voyante, une déficiente intellectuelle, une femme en congé de maternité, une handicapée, une accompagnatrice du transport adapté, si elle se déplace en famille, etc.

Toutes ces personnes ont l’avantage tarifaire du tarif social QUE SI elles ont un revenu annuel de moins de 24,000 $, et non pas de par leur fonction ou leur statut dans la société.

Un étudiant, par exemple, gagnant 30,000 $ par année, devrait payer le tarif de base, tout autant que le travailleur gagnant ce revenu annuel.

On ne voit pas, par exemple, selon quel principe il faudrait subventionner une personne âgée dont le revenu annuel est élevé, juste parce qu'elle est âgée ?


Dernière édition par Asdf le Jeu Fév 14, 2019 2:19 pm; édité 11 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Ven Jan 18, 2019 2:35 pm    Sujet du message: Tarification sociale en 4 volets pour le transport collectif Répondre en citant




Pour un véritable droit à la mobilité et un transport collectif équitable pour vrai à Montréal !

Une tarification solidaire du transport en commun qui devrait comporter une tarification sociale à quatre volets et basée sur le revenu pour être vraiment équitable


Pour que les personnes à faibles revenus aient un droit plus juste à la mobilité, il devrait y avoir un tarif social ou appelé parfois un tarif solidaire.

Il y a quelques années, le «Baromètre CIRANO» avait mesuré que 82% des Québécois et 87% des résidents de la région de Montréal, adhéraient à l'idée d'une tarification sociale pour le transport collectif.


Une tarification sociale à 4 volets pour la STM, la STL, la RTL et ailleurs dans la région de Montréal

Dans la présente proposition, le tarif social est basé sur le revenu plutôt que sur certains statuts.

Par exemple, un travailleur ou un chômeur obtient les mêmes droits qu’un étudiant ou une personne âgée. La personne âgée riche, comme le travailleur riche, ne peuvent pas bénéficier du tarif social.

Au nom de quoi il faudrait, par exemple, subventionner une personne riche parce qu'elle est une aînée ?

Toute personne, ayant un certain niveau de faibles revenus, (quelque soit son statut social,) peut se qualifier à la tarification sociale du transport collectif.


Les 4 volets du tarif social sont:

Volet no 1: 50% de rabais pour les gens qui ont entre 12,000$ et 24,000 $ de revenus annuellement après impôts.

Volet no 2: 75% de rabais pour les moins de 12,000 $ annuellement après impôts.

Volet no 3: Gratuités partielles en attendant une gratuité plus grande éventuellement, ou même une gratuité complète un jour.

                  Volet no 3 A): Tarif social à tarif réduit EN PLUS d’une possible gratuité dans la semaine.

                  Volet no 3 B): Tarif social à tarif réduit EN PLUS d’une possible gratuité dans certaines composantes du réseau.

                  Volet no 3 C): Tarif social à tarif réduit EN PLUS de titres gratuits par la «Mesure Socio-santé».

                  Volet no 3 D): Circuits CGPB de proximité gratuits pour tous avec tracés influencés par des électeurs

Volet no 4: Tarif social à tarif réduit EN PLUS d'une Gratuité d'une "journée de type illimitée" par semaine, au choix de l'utilisateur pour le jour dans la semaine.



Les différents volets plus en détails


Volet no 1: 50% de rabais pour les moins de 24,000 $ annuellement après impôts

1. Dans un premier volet, le tarif social serait de 50% du tarif de base, quand la personne obtient un "statut tarif social", après avoir prouvé qu'elle est à faible revenu, soit moins de 24,000 $ par année après impôts (en $ de 2019), et en autant qu'elle réside dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 1.


Dans certains systèmes d'accréditation du "statut tarif social", la personne fait la demande, par la poste ou par le Web, en fournissant certains documents, comme:

- une photocopie de l'«Avis de cotisation de l'Agence du revenu du Canada» pour l'année d'avant,

et en fournissant aussi:

- une photocopie du «Relevé du Crédit d'impôt pour la taxe sur les produits et services/taxe de vente harmonisée TPS/TVH», pour la même année.


Certains suggèrent que ça soit Revenu Québec qui certifie si une personne a droit au tarif social. Ce ministère du Gouvernement du Québec superviserait le système d'accréditation et donnerait ça à contrat.

Dans certaines villes dans le monde, où les moins nantis bénéficient d'un tarif social, c'est l'organisme qui gère le transport collectif, comme la STM par exemple, qui qualifie des gens pour cette tarification sociale.


Pour un ménage de plus d'une personne adulte, le seuil serait de 48,000 $ par année après impôts, pour le premier volet du tarif social.


Volet no 2: 75% de rabais pour la personne ayant un revenu de moins de 12,000 $ annuellement après impôts.

2. Dans un deuxième volet, sous 12,000 $ de revenus annuels après impôts, pour une personne seule ou pour un assisté social, le tarif social serait de 75% du tarif de base, en autant que cette personne réside dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 2.


Il faudrait aussi penser aux personnes démunies financièrement, mais qui ne peuvent pas prouver facilement qu'elles ont un revenu annuel sous 12,000 $ après impôts, en fournissant des documents comme l'«Avis de cotisation de l'Agence du revenu du Canada» de l'année d'avant.

Une nouvelle arrivante au pays (depuis moins de 12 mois) en tant que réfugiée, par exemple, pourrait être qualifiée avec le "statut tarif social".



Exemples pour les volets no 1 et no 2: Région centrale de Montréal, Laval et Longueuil: tarif social entre 1,25$ et 2,25$, pour une "journée de type illimitée"

Pour une personne seule, dont l'«Avis de cotisation de l'Agence du revenu du Canada» indique un revenu annuel, par exemple, de 23,000 $ après impôts, avec le tarif social, premier volet, (50%), elle pourrait aller où elle veut en bus (dans la région centrale de Montréal, Laval, Longueuil, etc.,) pendant une période journalière, (06h00 à 05h59) , pour 2,25$, quand le tarif de base "une journée de type illimitée" serait de 5$, pour le même type de déplacements dans la zone centrale.

Autre exemple, mais avec le tarif social, deuxième volet (75%): Un assisté social pourrait faire le même déplacement d'une "journée de type illimitée", pour 1,25$, ou avec un coupon fourni par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Une étudiante, par exemple, qui a un revenu annuel mettons de moins de 12,000 $ après impôts, (parce qu’elle étudie davantage qu’elle ne travaille), pourrait utiliser ce déplacement dans la zone centrale de Montréal, Laval, Longueuil, etc., en déboursant que 1,25$.



Volet no 3 A): Tarif social à tarif réduit EN PLUS d’une possible gratuité dans la semaine

3. Troisième volet: Si on considère l'introduction de la tarification sociale dans d'autres villes de la planète, normalement une telle politique de transport collectif a pour effet d'augmenter considérablement la fréquentation du réseau.

Les décideurs ne savent pas, par exemple, combien de nouveaux autobus ça prendrait ? Autre exemple: Combien faudrait-il y avoir de kilomètres de nouvelles voies réservées ou de type «semi-réservées» (voir ce concept sur Internet à http://bit.ly/1FEfxZ3) ?

Si des études venaient à confirmer qu'il n'y aurait pas d'impacts négatifs, dans un avenir plus ou moins rapproché, le troisième volet du tarif social pourrait comporter des périodes de gratuité, par exemple, les fins de semaines et les jours fériés, ainsi que la semaine, le soir et la nuit, de 19h00 à 05h59 le lendemain, toujours pour les personnes qui auraient obtenu ce "statut tarif social" volet 3A, parce qu'elles résident dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 3A.

Il s’agirait alors du titre «Laissez-passer Soir-Nuit-Fin-de-semaine».


Ces périodes de gratuité du volet no 3A du tarif social, ne doivent cependant pas être offertes aux personnes à faibles revenus, au détriment du tarif social les jours de semaine entre 06h00 et 19h00. Pendant la journée, le bénéficiaire de la tarification sociale, doit toujours pouvoir utiliser son tarif réduit (tarif social, volet no 1 ou volet no 2).

Pendant les heures de pointe et pendant la journée, on ne veut pas que les personnes aux faibles revenus ou très faibles revenus annuels, soit obligé d'utiliser un tarif de base. On veut éviter aussi tout ostracisme et isolement social.

Par contre, si un bénéficiaire du tarif social choisit d'utiliser un un abonnement tarifaire, et qu'il choisit de se déplacer seulement dans les heures hors pointes, pendant une journée donnée, il pourra utiliser un rabais que nous pourrons expliquer ailleurs qu'ici. Ces rabais sont fixés au mêmes montants que l'utilisateur puisse ou non se qualifier au tarif social.


Toujours au niveau du volet 3A du tarif social, d'autres périodes gratuites pourraient s'ajouter graduellement, comme à la Fête Nationale, autour de Noël, lors de journées de canicule, de smog, de froids extrêmes, suite à une tempête de neige, etc. pour les personnes qui ont obtenu le "statut tarif social".


S’il ne peut pas se qualifier pour le tarif social, un utilisateur pourrait tout de même s’abonner au titre «Laissez-passer Soir-Nuit-Fin-de-semaine». Ça lui donnerait un tarif réduit à déterminer. Au début, il pourrait y avoir un nombre limité de ce titre.



Volet no 3 B): Tarif social à tarif réduit EN PLUS d’une possible gratuité dans certaines composantes du réseau

À plus longs termes, on pourrait envisager que ce troisième volet serait complété par une gratuité complète, pour les personnes dont le revenu annuel est de moins de 24,000 $ après impôts, mais pour une partie du réseau, comme sur certains axes ou en utilisant certains circuits de bus bien spécifiques. Pour la personne qui veut utiliser ce volet 3B, il faut qu'elle réside dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 3B.



Par exemple, pour traverser l’île du nord au sud, allant au centre-ville le matin, une personne qui bénéficie du «statut tarif social » pourrait:

- choisir d'utiliser sa carte OPUS avec tarif social, par le métro de la ligne orange;

ou

- choisir d’utiliser un éventuel circuit Super Express 455 St-Urbain, (40 minutes de Henri-Bourassa à Notre-Dame, par 10 arrêts) sur une voie de type « semi-réservée»,  http://bit.ly/1FEfxZ3.  Son déplacement se ferait alors au tarif social qui s’applique pour elle.


Cette bénéficiaire du tarif social pourrait AUSSI:

- choisir de se servir de son titre «Laissez-passer local» sur le circuit local,  (non Express,) dans l’axe St-Urbain, à Montréal, qui est desservi actuellement par le circuit local 55.  Comme cette personne aurait droit au tarif social volet 3B, ce serait alors gratuit pour elle.
 

Pour les utilisateurs qui ne peuvent pas se qualifier au «statut tarif social», ils pourraient s’abonner au titre «Laissez-passer local», mais qui, dans leur cas, leur permettrait d’avoir un tarif réduit à déterminer. 

Eux aussi auraient le choix d’utiliser ce titre «Laissez-passer local» ou d’utiliser le métro ou un circuit express, par exemple.  Encore là, au début, il pourrait y avoir un nombre limité de ce titre.


Possibilités par les 2 types de laissez-passer offertes à tous

Comme principe général, entre autres choses pour diminuer au maximum un ostracisme social, il sera important d'offrir les possibilités des utilisateurs bénéficiant du statut social AUSSI à ceux qui ne peuvent pas s'y qualifier, parce que leur revenu annuel est de plus de 24,000 $ après impôts.

Ainsi, les titres «Laissez-passer Soir-Nuit-Fin-de-semaine» et «Laissez-passer local» sont offerts à tout le monde.

Par contre, lorsque le troisième volet du tarif social pourra être appliqué, ce sera gratuit pour ceux et celles qui se qualifieront à cette tarification sociale.

Pour les autres, ce serait à un tarif réduit un peu plus bas que le tarif de base.


Pour amoindrir l'effet sardines

On peut penser que ces 2 laissez-passer aideraient considérablement à diminuer les situations, où les utilisateurs sont entassés comme des sardines, dans certains autobus et sur certains tronçons du métro, comme sur la ligne orange.



Volet no 3 C): Tarif social à tarif réduit EN PLUS de titres gratuits par la «Mesure Socio-santé»

Une personne a besoin de se rendre, par exemple, à un rendez-vous chez un travailleur social, à un atelier de formation, animé par l'ACEF, sur comment se faire un budget familial, ou de se rendre à un centre d'emploi. Elle peut obtenir alors, pour la date de cette rencontre, un titre gratuit, «Mesure Socio-santé», pour un aller-retour en bus et/ou en métro.

Pour la personne qui veut utiliser ce volet 3C, il faut qu'elle réside dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 3C.


L'ARTM accrédite des gens autorisés à charger, par son site Web, ces passages gratuits «Mesure Socio-santé», sur la carte OPUS de la personne qui en fait la demande. Pour certaines personnes, qui n'ont pas de carte OPUS, le système de l'ARTM, par la poste, peut même leur envoyer le titre sous forme carton, avec, imprimé en gros caractères, la date pour laquelle ce titre est valide.

Ces gens accrédités par l'ARTM, (travailleurs sociaux, travailleurs communautaires, fonctionnaires dispensant des services sociaux, certains intervenants du domaine de la Santé, etc.) ont aussi un rabais de 75% à l'achat "en gros", de titres en carton, pour pouvoir les donner au besoin, à leurs clients.

Par exemple, parce qu'il est accrédité, l'animateur de l'atelier sur comment faire un budget familial dispensé par l'ACEF, entre, dans le site Web de l'ARTM, les no de carte OPUS des 14 participants, qui recevront alors leur titre en question sur leur carte OPUS, quelque jours avant la date de l'activité.

Autre exemple: Une personne communique avec un travailleur social accrédité par l'ARTM, pour, par exemple, obtenir un rendez-vous pour le lendemain. Celui-ci entre le no OPUS de son client dans le site de l'ARTM. Le lendemain, pour un aller-retour, ce dernier peut se rendre gratuitement, en bus et/ou en métro, chez le travailleur social, parce qu'il a reçu un titre aller-retour «Mesure Socio-santé» sur sa carte OPUS.



Volet no 3 D): Circuits CGPB de proximité gratuits pour tous avec tracés influencés par des électeurs

Circuit GRATUIT de Proximité pour Bus (CGPB) - Exemple du circuit 599 au centre du district Villeray - Arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension - Ville de Montréal


Après consultations formelles de ses électeurs, chaque conseiller municipal déciderait d'un circuit d'autobus, qui circulerait dans et autour de son district électoral.

L'idée est surtout de permettre aux utilisateurs du transport collectif, de se rendre, sans frais, à au moins 4 circuits de bus et/ou stations de métro, situés à proximité, et si possible, de circuler sur une portion de rue commerciale du quartier.

Circuit GRATUIT pour TOUS ! Ici, on peut voir l'exemple de ce que ça pourrait donner avec le circuit 599 au sud du district Villeray.



Volet no 4: Tarif social à tarif réduit EN PLUS d'une Gratuité d'une "journée de type illimitée" par semaine.

Si l’utilisateur du tarif social a pris un abonnement d’au moins un mois, ce titre pourrait aussi comprendre une gratuité d’une "journée de type illimitée" par semaine, à son choix, au niveau de quel jour dans la semaine.

Pour la personne qui veut utiliser ce volet 4, il faut qu'elle réside dans un des territoires de la région, permettant la tarification sociale, volet no 4.



Un tarif social sur les mêmes supports que pour le tarif de base

Pour les 4 volets: Ces réductions, par le tarif social, s'appliqueraient autant aux tarifs genre abonnements (ex. : OPUS à l’année), que pour des entrées simples avec titres en carton ou avec montants chargés sur une carte électronique, genre portefeuille électronique, comme OPUS présentement.

Pour le paiement en comptant à bord d'un bus, il faudrait voir comment pouvoir utiliser la tarification sociale. Probablement que l'utilisateur aurait à valider une carte à puce qui confirmerait s'il a droit à quels volets du tarif social, s'il est étudiant, un assisté social, un réfugié, s'il est une personne aînée, ou autre catégories à définir.

En même temps, l'utilisateur déposerait son droit d'entrée en comptant dans la boîte de perception (ou valideuse.)

Pour une personne qui n'aurait pas avec elle cette carte à puce, le droit d'entrée devrait être fait selon le tarif de base.


Il faudrait vraiment envisager comment graduellement réduire le nombre par année d'entrées en comptant, pour que les utilisateurs ne puissent utiliser que des titres en carton, ou mieux, sur un support électronique.

La première étape pourrait être qu'une entrée en comptant donne un reçu, mais qui ne pourrait pas servir de correspondance, comme ça semble être le cas au RTL de Longueuil.

On suggère que ça soit graduel si on devait aller dans le sens d'éliminer les entrées avec de la monnaie.

Il faudrait s'assurer toutefois que ça ne pénalise pas les clients à faibles ou à très faibles revenus qui utiliseraient le mode de paiement comptant bien qu'il soit le plus cher en toutes proportions.

Il y aurait une campagne d'information à faire sur le sujet...



Un tarif social comme soutien social: par ménage et par personne seule à faibles revenus

Une personne bénéficierait de la tarification sociale, en étant une personne à faibles revenus, vivant seule ou faisant partie d’un ménage, qui a donc obtenu le "statut tarif social".

Par exemple, parce qu'il vit avec une mère qui, elle, est monoparentale et a obtenu le "statut tarif social" pour sa famille, un jeune aurait droit automatiquement au tarif social. Autre exemple: une dame âgée et retraitée, aurait obtenu le "statut tarif social" pour son ménage, alors son conjoint bénéficierait automatiquement, lui aussi, du tarif social.



Des critères simples et justes, qui ne sont pas selon le statut ou selon la fonction dans la société

Le corollaire de cette politique est qu'une personne qui a un revenu annuel supérieur à 24,000 $ après impôts, devrait payer le tarif de base, qu'elle soit, par exemple, une personne aînée, une étudiante, une travailleuse autonome, une chercheuse d'emploi, un chômeur, une aidante naturelle, une non-voyante, une femme en congé de maternité, une handicapée, une accompagnatrice du transport adapté, une analphabète, un sans-papier, si elle se déplace en famille, etc.

Toutes ces personnes ont l’avantage tarifaire du tarif social QUE SI elles ont un revenu annuel de 24,000 $ après impôts et moins, et non pas de par leur fonction ou leur statut dans la société.

Un étudiant, par exemple, gagnant 30,000 $ par année après impôts, devrait payer le tarif de base tout autant que le travailleur gagnant ce revenu annuel.



Les étudiants et les personnes âgées dont le tarif ne serait plus traité à part des autres, pourraient demander le tarif social selon leur revenu

Vu l'implantation de la tarification sociale, il n'y aurait donc plus de tarifs réduits pour tous les étudiants ou pour toutes les personnes âgées, quels que soient leurs revenus.

Présentement, on ne sait pas combien les sociétés de transport collectif pourraient redistribuer au programme de la tarification sociale, les sommes nouvelles de la perception, provenant des gens qui sont présentement à tarif réduit, mais dont les revenus dépassaient 24,000 $ après impôts en étant, par exemple, étudiants ou personnes âgées.

On suppose que ce n’est pas de grandes sommes, parce qu’il n’y aurait pas beaucoup de ces gens qui ont un revenu de plus de 24,000 $ après impôts …


Comme la plupart du temps ces deux catégories d'utilisateurs, (étudiants et personnes aînée,) ont un revenu de moins de 24,000 $ après impôts, on peut prévoir que l'extrême majorité de ces personnes étudiantes, personnes âgées, etc., s'abonneraient au tarif social.



En soutenant les moins riches, la nouvelle tarification sociale ne cherche pas à diviser les gens en classes sociales

Comme on veut éviter la stigmatisation selon son statut social ou son revenu, si on apprend qu'une personne bénéficie du "statut tarif social", on ne peut donc pas nécessairement savoir s'il s'agit d'une étudiante, d'une personne âgée, d'une personne dont le revenu est entre 12,000 $ et 24,000 $ après impôts, d'une utilisatrice au revenu annuel de moins de 12,000 $ après impôts, d'une assistée sociale, d'une réfugiée, etc.

Aussi, il est est très important que les données des utilisateurs soient conservées avec des règles de sécurité strictes.



À travers le Québec, le tarif social devrait s’étendre selon les priorités des administrations municipales

Un touriste ne pourrait pas bénéficier de la tarification sociale, à moins que son patelin ait une entente de réciprocité avec la région d'ici. Par exemple, si la ville de Montréal et la ville de Québec signent une telle entente, un abonné à la tarification sociale de Montréal, pourrait utiliser sa carte OPUS de Montréal, pour se déplacer dans les autobus de Québec, avec ce même avantage tarifaire du tarif social.


Par contre, si, par exemple, la municipalité de Montréal-Est ne veut pas se prévaloir de la tarification sociale, les résidents de Montréal-Est ne pourraient utiliser que les tarifs réguliers, autant dans la région de Montréal qu'ailleurs.

Par contre, ayant le "statut tarif social", un résident de la ville de Montréal et plus spécifiquement de l'arrondissement Hochélaga, par exemple, pourrait prendre le bus à un arrêt de bus situé à Montréal-Est comme partout ailleurs.

Par contre, supposant que le maire de Montréal-Est ne veut pas tout de suite implanter la tarification sociale, les électeurs de Montréal-Est pourraient circuler partout, mais au plein tarif dit "de base". Parions qu'il y en aurait beaucoup qui crieraient à la discrimination...

Et parions que les maires de la région vont se rappeler que 82% des Québécois et 87% des résidents de la région de Montréal (RMR), sont pour le principe de la tarification sociale...



Possibilité d’implantation par étapes par les municipalités

En admettant que les municipalités puissent choisir quand elles adhéreraient aux différents volets de la tarification sociale, on peut considérer que son implantation pourrait s'effectuer de manière graduelle, par étapes ou par volets.

Par exemple, une municipalité pourrait au départ choisir les volets no 3A, 3B et 3C du tarif social pour donner certaines gratuités dans certains contextes.


Après une certaine période de temps, la municipalité pourrait ajouter le volet no 2, de 75% de réduction, pour les personnes dont le revenu est de moins de 12,000 $ après impôts.


Après une autre période de temps, elle pourrait ensuite choisir d'aider les 12,000 $ à 24,000 $ après impôts, avec une réduction de 50% avec le premier volet du tarif social.


Une autre municipalité pourrait faire son implantation dans le sens inverse de ces trois volets.



Enfants et pré-ados, 13 ans et moins: gratuité pour tous, lorsqu’accompagnés par un adulte

Pour un enfant ou un jeune de moins de 14 ans, qui voyage accompagné d’un adulte (bénéficiant ou non du tarif social), il n’y aurait pas de frais supplémentaire au tarif de cet adulte, pas plus que de frais pour le jeune. Il pourrait y avoir un maximum de 10 jeunes encadrés par cet adulte.


http://www.bit.ly/2RSz6hj


Dernière édition par Asdf le Ven Fév 22, 2019 3:49 pm; édité 37 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Mar Jan 22, 2019 1:25 pm    Sujet du message: La tarification sociale va développer davantage le TEC Répondre en citant

La tarification sociale équitable va développer davantage le Transport en commun à Montréal

le PAB a écrit:
j'aime beaucoup l'idée

quelqu'un qui est sur le chômage pourrait avoir un sérieux coup de pouce pour la recherche d'un nouvel emploi..

entre la fin d'un emploi et la livraison d'un premier chèque,il se passe en moyenne 10 semaines,donc,la personne se retrouve sans revenu pour un minimum de 6 à 8 semaines avant de recevoir un chèque,ce qui implique des retards dans les compte courant et un sérieux handicap pour la recherche d'emploi..ensuite,quand la personne début un nouvel emploi,il doit patienter 2 à 3 semaines avant sa première paye..
donc,entre temps,comment fait il pour se rendre au travail et faire ses lunchs pour le dîner,avec presque rien..le chômage lui donne 70% de son revenu avec l'emploi précédent et après 6 à 8 semaines,il doit rattraper l’arrérage sur ses compte courant et ses loyers donc,pour les déplacements,c'est compliqué..


Une personne qui a fait plus de 24,000$ après impôts l'an dernier, MAIS qui est présentement en chômage, pourrait obtenir le "statut tarif social", jusqu'à 1 mois après qu'il ait reçu de l'assurance chômage.

le PAB a écrit:
en été,y a l'option du vélo dans bien des cas,mais en hiver on fait quoi?..
d'où l'importance d'avoir un tarif social,que je classerais dans un 4e volet,puisque dans plusieurs cas,la situation est temporaire..


4ème volet possible ?: S'ils ont plus de 24,000 $ par année après impôts, pour les abonnés saisonniers et réguliers du Bixi, qui n'ont pas de permis de conduire, j'avais pensé ce qui suit.

Si les données, conservées dans leur carte OPUS, montrent qu'ils n'ont pas pris le transport collectif plus de X fois pendant l'été, ces abonnés réguliers du Bixi auraient un rabais de 50% pendant l'hiver pour le transport collectif. L'été d'après, ils auraient un gros rabais pour le Bixi.

Toujours pour décongestionner nos ponts et nos rues, il faudrait explorer aussi l'idée d'une réduction pour une personne qui pourrait prouver qu'elle utilise son vélo en ville ET qui n'a pas de permis de conduire.

Cette deuxième condition pourrait toujours se vérifier dans le système de la SAAQ. Mais comment prouver qu'on est cycliste pour obtenir une réduction pour des titres de transport collectif ?


le PAB a écrit:
pour les assistés sociaux ...


le PAB a écrit:
dans le cas de contraintes sévère à l'emploi, le tarif social s'appliquerait automatiquement à 25% du tarif normal..ces personnes ne font pas le choix d'avoir recours à cet aide..ils y sont très souvent contraints à ce choix..ça permettrait de briser l'isolement,ce tarif serait universel,jusque dans la zone 8,soit STM,STL,RTL et RTM bus et train de banlieue



La congestion: le problème de départ

Il y a trop d'autos sur nos ponts et dans nos rues. La congestion est un grave problème et plus seulement aux heures de pointe. Et ça va de pire en pire, avec les années.

Les automobilistes ne veulent pas que soit institué des permis limités pour pouvoir circuler en ville en auto solo, par exemple, selon leur numéro de permis de conduire. Les numéros impairs pour telles ou telles journées, les pairs pour les autres jours, etc.

Mais il faut trouver des solutions au problème de la congestion automobile.

Comme solution pour les années prochaines, il faut moins d'autos solos à Montréal. À long terme, il faut moins d'autos tout court.


Comment rendre le transport collectif beaucoup plus attrayant ?

Selon moi, on a pas le choix, pour décongestionner nos ponts et nos rues du centre-ville surtout, il faut :

- rendre BEAUCOUP PLUS attrayant le transport collectif, et, en même temps,

- il faut donner aux utilisateurs du transport collectif, des avantages nouveaux qui sont surtout significatifs et d'une ampleur certaine.


La tarification sociale est un de ces avantages significatifs.

Un autre est de donner plus d'espace dans les rues pour améliorer les services offerts. Comme il y aura beaucoup de nouveaux utilisateurs, il ne faut surtout pas que les services diminuent. Ils doivent augmenter.

Pour améliorer la quantité des services et leur qualité, il n'y a pas moyen de NE PAS DÉSAVENTAGER les automobilistes, surtout ceux qui se déplacent en solo dans leur voiture. Comme société, on a un choix à faire.

À ne pas oublier:
«Selon l’IRIS, chaque dollar investi pour l’auto solo coûte 9,20$ à la société (pollution, réseau routier, congestion, etc.) alors qu’il n’en coûte que 1,50$ pour chaque dollar investi dans les transports collectifs.»


Davantage de voies dédiées surtout au transport collectif, mais aussi aux vélos, aux taxis, aux covoiturages, etc., à certaines conditions

Pour avantager les utilisateurs du TEC, ça prend, par exemple, des voies semi-réservées comme ce qui suit:

Circuit Surligne Super Express 455 St-Urbain, (40 minutes de Henri-Bourassa à Notre-Dame, par 10 arrêts) sur une voie de type « semi-réservée», http://bit.ly/1FEfxZ3.

Voir aussi: https://bit.ly/2UOvaeH


Mais plus de voies dédiées au transport en commun, ça ralentirait les automobilistes solos, et ça avantagerait les utilisateurs du transport collectif. Ça enlèverait des cases de stationnement en bord de rue, mais ça donnerait des parcours bien plus rapides, pour des circuits Super Express comme dans l'exemple du 455 sur St-Urbain, mentionné ci-dessus.

Il faut faire des choix ! et tout de suite. Une voie semi-réservée peut prendre 5 ans à réaliser.

Il est urgent de décider de prioriser les utilisateurs du transport collectif et des solutions qui les avantages sur les automobilistes solos.


Pour avantager clairement les utilisateurs du TEC, il faut avoir des tarifs mieux pensés et permettant une meilleure mobilité.

Il faut aussi beaucoup plus d'autobus, qu'ils passent plus souvent en étant moins entassés, etc.

Par exemple, en revenant du travail, il faut que l'utilisateur passe moins de temps dans le transport en commun qu'une autre personne en déplacement, mais dans son auto solo. Après le travail, l'utilisateur du TEC veut être plus rapidement avec sa famille et il fait le meilleur choix.

Pour atteindre cet objectif, il faut une pression plus forte sur le gouvernement pour qu'il trouve plus d'argent pour favoriser l'utilisateur du transport collectif.

Pour ça, il doit y avoir BEAUCOUP PLUS de gens utilisant le transport collectif. La tarification sociale amènera nécessairement plus d'utilisateurs. Et j'ose croire qu'il s'agira d'adeptes du transport collectif, qui s'en feront les propagandistes !


Un nouveau titre très attrayant parce que simple et pas cher pour un aller-retour

Aussi, ça prend plusieurs options tarifaires pour rencontrer les différents besoins des usagers. Mais ça prend surtout un titre simple, pas cher, facile à utiliser et qui est perçu comme une grande amélioration.

Il faut que ça améliore énormément notre possibilité de se déplacer, tout en nous coûtant moins cher et en disposant d'un plus grand rayon d'action: la zone centrale formée de Longueuil, Île de Montréal et Laval.



La situation présente n'est pas attrayante, simple et pas chère.

Actuellement (janv. 2019), par exemple, pour partir de chez soi et y revenir, ça coûte environ 6$.

Si on utilise des titres "1 passage" ou "2 passages", il n'est évidemment pas question de déplacements illimités sans contraintes. Par exemple, ces titres sont valides 120 minutes à partir du moment où l'utilisateur les valide.

Actuellement, il n'y a que les titres "Hebdo" et "Mensuel" qui, en journée, permettent l'embarquement par toutes les portes des bus articulés, et aux arrêts des stations de métro.

Autre exemple de contrainte: L'utilisateur ne peut pas effectuer un aller-retour ou interrompre momentanément son trajet, pour ensuite le reprendre sur la même ligne de bus. Il ne peut pas reprendre le métro une fois sorti de la station.

Pour plusieurs déplacements dans la même journée, c'est évidemment plus cher. Par exemple, si on fait 4 déplacements dans Montréal, c'est environ 12$.


12$ c'est plus cher que de prendre le titre "24 heures illimitées", qui lui coûte 10$, et qui comporte lui aussi certaines restrictions compliquées à gérer.

Aussi, le titre 24 heures illimitées" à 10$, ne peut pas être servi par un simple titre en carton. Ça doit être obligatoirement sur un support magnétique comme la carte L'occasionnelle ou la carte OPUS.

Que l'utilisateur de la STM se serve des titres "1 passage", "2 passages", "24 heures illimitées", etc., le tarif est prévu que pour l'île de Montréal. Pour Longueuil c'est d'autres titres. Pour Laval, c'est d'autres titres.

Autrement dit, pour aller, par exemple, avec des passages simples, de Montréal à Laval, ça peut coûter environ 12$.

Aussi, l'utilisateur ne peut généralement pas acheter ces titres des deux villes au même endroit.


Ça prend donc une grande simplification pour l'utilisateur mais surtout davantage de possibilités permettant une plus grande mobilité, pour moins cher !



Titre "Dans la même journée" avec une "période journalière" située entre 06h00 et 05h59 le lendemain

Pour une entrée journalière validée dans le réseau bus-métro, le nouveau titre "Dans la même journée" aurait un coût fixe de 5$, comme tarif de base, 2,25$ tarif social volet no 1 (revenus annuels de moins de 24,000 $ après impôts), et $1,25 volet social no 2 (revenus de moins de 12,000 $ après impôts).

Ce nouveau titre pourrait être acheté par n'importe qui, comme un touriste ou un résident de la région de Montréal, mais si l'utilisateur a droit au "statut tarif social", c'est qu'il réside dans un des territoires de la région qui applique la tarification sociale pour ses résidents.

Ce titre "Dans la même journée" peut figurer sur un billet en carton (ça inscrit la date de la période journalière dessus), sur une carte L’occasionnelle (carte à puce non rechargeable) ou sur une carte OPUS.

Contrairement avec certains abonnements tarifaires qui pourraient être aménagés, le titre "Dans la même journée" ne serait pas l'objet de rabais s'il est utilisé hors des heures de pointe.


Avec ce titre "Dans la même journée", l'utilisateur valide qu'une seule fois par période journalière dans le réseau, entre 06h00 et 05h59 le lendemain, et il peut ainsi entrer et sortir un nombre illimité de fois dans les bus et le métro durant cette période.

Le titre peut être acheté n'importe quand avant cette validation et à tous les points de ventes de la région de Montréal. Il y aurait graduellement, dans le métro et un peu partout sur le territoire de la région, des distributrices automatiques de titres, qui pourraient permettre à l'utilisateur d'acheter ce nouveau produit de mobilité.

Une fois son titre "Dans la même journée" validé, l'utilisateur peut entrer dans le métro, dans un autobus ordinaire et aussi par toutes les portes des bus articulés, pas uniquement aux stations de métro.

Le reste de la période journalière, sauf au métro, l'utilisateur n'a pas à re-valider une son titre quand il entre dans un bus. Dans le métro, une re-validation ne fait que débloquer le tourniquet.

L'utilisateur doit toutefois, en tout temps, d'être en mesure de prouver qu'il a acquitté son entrée dans le réseau. Le cas échéant, il pourrait être passible d'une amende.


Par exemple, avec ce nouveau titre "Dans la même journée", s'il prend le bus près de chez lui le matin, supposons en validant le titre à 7h00, l'utilisateur pourrait revenir le matin même ou dans l'après-midi ou dans la soirée ou dans la nuit suivant la journée de son entrée.

L'utilisateur peut faire autant de déplacements qu'il souhaite dans cette période journalière entre 06h00 et 05h59. Une fois chez lui, l'utilisateur peut par la suite reprendre le transport collectif, autant de fois qu'il veut, en autant que c'est avant l'heure de fin de la période journalière qui est 05h59.


Avec le titre "Dans la même journée", l'utilisateur doit pouvoir aller où il veut, dans les bus et dans le métro, peu importe le type de bus utilisé, dans tous les sens, sans la limite de 120 minutes comme actuellement, pour des passages simples.

À partir d'un déplacement dans un bus ou dans le métro, il est possible, par exemple, de faire un aller-retour ou d'interrompre momentanément son trajet, pour ensuite le reprendre, sur le même circuit ou sur un autre circuit, ou vers le métro.


Ce titre "Dans la même journée", permet aussi de reprendre n'importe quelle station de métro une fois sorti(e) de cette station ou d'une autre.

Dans le métro, ce titre est valide à partir de n'importe quel point d’entrée de la STM, incluant Longueuil et Laval. Même chose pour le RTL et la STL.


L'utilisateur du titre "Dans la même journée" peut se déplacer peu importe la distance parcourue, et aller, sans frais supplémentaire, sans "barrière tarifaire", dans toute la zone centrale formée de Laval, Longueuil, de l'île de Montréal.


L'utilisateur peut être un client occasionnel du TEC ou être un client davantage régulier, ce statut de fréquence d'utilisation ne fait pas que ça lui coûte plus cher ou moins cher.


Aussi, peut importe si son circuit de bus passe plus ou moins fréquemment aux arrêts de bus, ça ne lui coûte pas plus cher ou moins cher.



Pour moins de "chars"

Si on obtient cette MOBILITÉ, c'est-à-dire cette simplicité de tarif et cette facilité de déplacement, c'est certain que beaucoup d'automobilistes solos vont délaisser leur "char" pour prendre le bus et le métro. Et bien des jeunes vont mettre leur argent ailleurs qu'en achetant leur première auto.


Tarification sociale pour développer Montréal

Le tarif social n'est donc pas seulement une mesure pour être davantage solidaires pour les gens qui ont de faibles et de très faibles revenus.

C'est aussi une façon d'amener davantage de clientèle,
- qui fera pression sur les gouvernements pour un financement accru du transport collectif,
- donc pour une meilleure offre de service,
- donc pour décongestionner les ponts et les rues de Montréal,
- donc pour un meilleur développement économique, social et environnemental pour la région de Montréal.


Dernière édition par Asdf le Ven Fév 22, 2019 3:21 pm; édité 13 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Mar Jan 22, 2019 2:16 pm    Sujet du message: Comment certifier l'admissibilité au tarif social ? Répondre en citant

Pour un véritable droit à la mobilité et un transport collectif équitable pour vrai à Montréal !

Une tarification solidaire du transport en commun qui devrait comporter une tarification sociale à quatre volets et basée sur le revenu


Comment certifier l'admissibilité au tarif social ?


Quelques possibilités...



1.

Certains ont déjà suggérer de confier ça à Revenu Québec, qui elle donnerait ça à contrat et qui superviserait le système.



2.

À la STO, la Société de transport de l'Outaouais, ça fonctionne comme ceci:

Voir http://www.sto.ca/index.php?id=echo&L=en%2Fadmin

Les formulaires de demande sont disponibles dans tous les Points de service de la STO et en format imprimable.

Une fois le formulaire complété, vous devez y joindre tous les documents demandés pour prouver votre admissibilité. Par exemple :


Si vous êtes une personne vivant seule
Vous devez fournir les pièces suivantes :

Une photocopie de l'Avis de cotisation de l'Agence du revenu
du Canada pour l'année 2017;

Une photocopie du Relevé du Crédit d'impôt pour la taxe
sur les produits et services/taxe de vente harmonisée TPS/TVH 2017;

Pour les personnes de moins de 18 ans, une photocopie de l'un des documents qui prouve que vous êtes un adulte pleinement émancipé; le jugement du tribunal, ou certificat de mariage ou de divorce.

Si vous êtes une personne vivant en couple
Vous et votre conjoint habitant à la même adresse devez fournir les pièces suivantes :

Une photocopie de l'Avis de cotisation de l'Agence du revenu
du Canada pour l'année 2017.

Une photocopie du Relevé du Crédit d'impôt pour la taxe
sur les produits et services/taxe de vente harmonisée TPS/TVH pour 2017.

Pour les personnes de moins de 18 ans, une photocopie de l'un des documents qui prouve que vous êtes un adulte pleinement émancipé; le jugement du tribunal, ou certificat de mariage ou de divorce.


Si vous avez un ou des enfant(s)
En plus des documents ci-haut, vous devez également nous fournir :

Une photocopie du Relevé d'Allocation canadienne pour enfants (ACE)
pour 2017.


Pour faire une demande

Insérez le ou les document(s) demandé(s) dans une enveloppe cachetée à l'attention du Programme de tarification sociale STO.

Cette enveloppe peut être :

Envoyée par la poste au 111, rue Jean-Proulx, Gatineau (Québec) J8Z1T4.

OU

Déposée en personne dans l'un des Points de service de la STO*


La STO se donne un délai maximal d'un mois pour traiter les demandes. Une lettre de confirmation sera envoyée par la poste à chaque demandeur. Elle confirmera si vous être admissible ou pas.

Une fois que vous avez reçu la lettre, vous devez vous présenter dans un Point de service de la STO.

Ayez en main la lettre de confirmation et une pièce d'identité avec photo. Si vous possédez déjà une carte MULTI, veuillez l'apporter avec vous. Sinon, nous la ferons sur place. La première carte est gratuite, mais en cas de perte ou de vol des frais de 10$ s'appliqueront.


Achats de titres

À partir de là, vous aurez tout ce qu'il vous faut pour effectuer votre premier achat.

Les prochains rechargements pourront être faits en personnes dans un Point de service de la STO, chez un dépositaire près de chez vous ou en ligne. Pour en savoir plus, cliquez sur https://www.secure.sto.ca/.

le PAB a écrit:

les personne devront présenter une attestation émise par n'importe quelle société de transport de l'ARTM pour bénéficier du tarif social..lors d'achat de titre
la carte OPUS serait munie d,une photo et ne serait utilisable que par la personne dont le nom et la photo apparaissent sur la carte OPUS..la prise de photo serait faite lors de l'activation du titre,à toute les station service sur le réseau


La même carte

Avec la carte à puce, tout va se gérer de façon électronique. Les usagers admissibles à la tarification sociale auront la même carte que les usagers de catégorie Adulte.

C'est au moment de recharger leur abonnement ou leur PME que le tarif offert sera réduit.


Pour l'embarquement à bord des autobus, la validation se fait comme les autres cartes à puce. Seul le voyant vert s'allume pour confirmer la validité du titre.


Dernière édition par Asdf le Jeu Fév 14, 2019 10:13 am; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le PAB



Inscrit le: 24 Juin 2006
Messages: 9925

MessagePosté le: Mer Jan 23, 2019 6:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

un bon truc pour réduire le nombre de voiture "solo" durant les heures de pointe,c'est d'offrir des avantages spéciaux pour ceux faisant du co-voiturage..

une personne qui ferait du co-voiturage de façon ponctuelle,serait éligible à une réduction significative sur le stationnement et des espaces qui leur sont réservé..

Côté transport en commun,sans offre,il n'y a pas de demande et la STM,tout comme les autres sociétés sont réticentes à ajouter des bus,prétextant qu'ils n'ont pas assez de demande...bonifier l’offre et la demande viendra assez vite

une personne sera beaucoup plus portée à prendre l'autobus,si il le voit passer souvent,si cette même personne voit le bus passer aux 30 minutes,il ne voudra probablement pas utiliser le transport en commun..la raison est simple..restriction d'horaire,donc,il ne peut pas choisir à sa guise l'heure de son déplacement,puisque cette personne sait qu'elle devra probablement attendre un 2e bus plus longtemps et encore plus frustrant si elle voit son 2e bus lui passer sous le nez et qu'il lui faut attendre 30 minutes pour le suivant...
si on a un bus aux 10 minutes sur toutes les lignes,c'est certain qu'il y aura plus de passagers qui vont opter pour le bus..

un exemple flagrant...quand ils ont ajouté un départ à 12:30 sur la ligne St-Hilaire,le train partait vide la plupart du temps,maintenant,il y a beaucoup de monde qui l'utilisent..

même chose dans les secteurs industriel...un bus aux heures de pointe est loin d'être suffisant...on a le bonheur de finir sa journée à midi et........on est coincé jusqu'à 15 heures,faute de service hors pointe et souvent,il faut marcher très loin pour rejoindre un circuit d'autobus qui fonctionne toute la journée,sinon,utiliser un taxi,avec le coût que ça implique..par contre,un taxi collectif pourrait très bien être utile ..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
_Mathieu_



Inscrit le: 04 Mai 2013
Messages: 454
Localisation: Paris, France

MessagePosté le: Jeu Jan 24, 2019 4:17 am    Sujet du message: Répondre en citant

le PAB a écrit:
un bon truc pour réduire le nombre de voiture "solo" durant les heures de pointe,c'est d'offrir des avantages spéciaux pour ceux faisant du co-voiturage..

une personne qui ferait du co-voiturage de façon ponctuelle,serait éligible à une réduction significative sur le stationnement et des espaces qui leur sont réservé..

Quel besoin d'en rajouter pour les automobilistes ? Ceux qui covoiturent ont déjà une réduction significative : il coûte deux fois moins de covoiturer à deux dans une voiture plutôt que d'être chacun dans la sienne.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asdf



Inscrit le: 13 Aoû 2015
Messages: 50

MessagePosté le: Ven Jan 25, 2019 11:40 am    Sujet du message: La tarification sociale = + de subventions du fédéral Répondre en citant

Davantage d'utilisateurs par le tarif social pour davantage développer un transport collectif équitable à Montréal


La plus grande source de nouveau financement du transport en commun est des subventions de notre argent collecté par la Gouvernement du Canada.

Voyez:
https://www.infrastructure.gc.ca/plan/ptif-fitc-fra.php

"Les villes canadiennes connaissent une croissance rapide, mais l'investissement dans le transport en commun n'a pas progressé au même rythme. Cet écart a mené à l'augmentation de la congestion routière, et à de longs temps de déplacement qui rendent plus difficile pour les travailleurs de se rendre au travail et pour les familles de passer du temps ensemble.

Les embouteillages ont de graves conséquences financières – entraînant des pertes de productivité dont les coûts se chiffrent en milliards de dollars pour l'économie canadienne chaque année – et des effets néfastes sur l'environnement."


"Le Fonds pour l’infrastructure de transport en commun permet de réaliser ces investissements tant attendus. Du financement est fourni pour soutenir des projets de remise en état des réseaux de transport en commun, de planification d’améliorations et d’expansions, d'amélioration de la gestion des actifs, ainsi que des projets de transport actif et d’optimisation et de modernisation.

Les fonds accordés au titre du programme ont été versés aux municipalités en fonction du nombre d'usagers.".



Affectations au titre du fonds pour les infrastructures du transport en commun (FITC)

Province/Territoire         Nombre d'usagers            Affectation

Québec                         565 712 079                   923 710 000 $
Ontario                         910 488 752                1 486 680 000 $

L'implantation de la tarification sociale amènerait énormément plus d'utilisateurs, donc davantage de subventions pour maintenir et améliorer le service du transport public et donc diminuerait le grave problème de congestion automobile à Montréal.

Pour ceux qui s'inquiètent d'un accroissement massif de nouveaux utilisateurs, le gouvernement du Canada payerait 50% pour, par exemple, de nouveaux autobus, et le gouvernement du Québec pourrait faire le reste, notamment en utilisant le fameux "Fonds vert" que la région de Montréal ne bénéficierait pas suffisamment...


Du seul point de vue économique, le Québec investirait pour la tarification sociale et rentrerait dans son argent en ayant des nouveaux fonds pour investir dans le transport public.

Mais, investir dans un tarif social, c'est avant tout un investissement social pour permettre des déplacements nécessaires et moins coûteux pour les gens aux faibles revenus, sous 20,000 $ annuellement.


La tarification sociale, c'est avant tout une question de solidarité sociale.

La tarification sociale du transport collectif est rentable pour toute la société québécoise, du point de vue social ET du point de vue économique.


Dernière édition par Asdf le Lun Fév 04, 2019 12:46 am; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
le PAB



Inscrit le: 24 Juin 2006
Messages: 9925

MessagePosté le: Sam Jan 26, 2019 12:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

_Mathieu_ a écrit:
le PAB a écrit:
un bon truc pour réduire le nombre de voiture "solo" durant les heures de pointe,c'est d'offrir des avantages spéciaux pour ceux faisant du co-voiturage..

une personne qui ferait du co-voiturage de façon ponctuelle,serait éligible à une réduction significative sur le stationnement et des espaces qui leur sont réservé..

Quel besoin d'en rajouter pour les automobilistes ? Ceux qui covoiturent ont déjà une réduction significative : il coûte deux fois moins de covoiturer à deux dans une voiture plutôt que d'être chacun dans la sienne.


il y a les avantages que tu mentionne...mais admettons que quelqu'un qui voyage en solo depuis comme exemple,St-Jean ou Beauharnois,puisse offrir des places dans son véhicule pour permettre à jusqu'à trois personnes,de laisser leur voiture sur la rive sud et compléter leur trajet dans un seul véhicule,qui les cueuillerait à un point pré déterminé....genre,la conception d'une application qui permettrait à quelqu'un d'afficher son annonce,qu'ilpeut transporter X personne à partir d'un endroit,à une heure déterminée par le conducteur..ceux qui désire laisser leur voiture sur la rive sud,ou simplement un lift pour traverser le pont,pourrait aller voir l'application,qui leur indiquerait les places disponibles et les heure..si chaque passager paye comme exemple 2,50$,le conducteur pourrait ensuite récolter son montant et l'utiliser pour l'essence et/ou l'entretient de son véhicule
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
_Mathieu_



Inscrit le: 04 Mai 2013
Messages: 454
Localisation: Paris, France

MessagePosté le: Dim Jan 27, 2019 6:38 am    Sujet du message: Répondre en citant

Exactement ce que je dis : chaque passager paye sa part, et aucun "avantage spécial" n'est accordé.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> TEC Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com