metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SLR: pont Champlain et ouest de Montréal
Aller à la page Précédente  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Un désir nommé tramway
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Mar Jan 20, 2015 11:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La semaine dernière, il a été annoncé que la Caisse de dépôt et de placement du Québec financerait les projets d'infrastructure de transport en commun.

Dans ce reportage de Radio-Canada, il est présenté plusieurs exemples de projets dans lesquels la Caisse a participé, comme le Skytrain à Vancouver. Des projets qui sont rentables pour la Caisse, mais à plusieurs conditions:

1- Il faut que les gouvernements adoptent une politique cohérente en matière de transport. Par exemple il ne faudrait pas que le gouvernement entre en concurrence directe avec la Caisse (qui finance les projets de TEC) en continuant de financer des projets d'autoroute.

Lors de l'entente entre la caisse de dépôt et le gouvernement pour financer les projets d'infrastructures de transport collectif, plusieurs sont allés hurler sur les toits qu'on va perdre de l'argent dans nos caisses de retraites car le transport en commun est déficitaire par définition. Évidemment, c'est difficile d'être rentable quand le gouvernement fait une compétition déloyale avec ses autoroutes gratuites à l'usage et les stationnements gratuits causés par le zonage et les règlements municipaux. Dans d'autres pays, en Europe et au Japon, ils ont trouvé des moyens pour que le TEC s'auto-finance.

C'est l'une des raisons principales pourquoi les compagnies privés ne voulaient sûrement pas investir dans les grands projets de TEC au Québec puisque le principal compétiteur est subventionné à mort par le gouvernement. Le parfait exemple est les suivant: pendant qu'on impose l'austérité, on continue malgré tout de financer le prolongement de l'A-19.

2 - Il doit y avoir tout de même une participation des gouvernements et d'autres entreprises privées. La Caisse ne peut à elle seule financer à 100% les projets de transport collectif. Sinon le risque devient beaucoup trop grand pour elle.

Bref, un reportage intéressant à écouter: http://ici.radio-canada.ca/tele/le-telejournal-18h/2014-2015/segments/reportage/898/caisse-depot-placement-exemple-skytrain-vancouver?isAutoPlay=1
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
gl



Inscrit le: 31 Mai 2002
Messages: 3638
Localisation: Laval

MessagePosté le: Mer Jan 21, 2015 7:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

Les routes ne sont pas en "concurrence" avec le transport en commun. Ce sont deux types de transport qui remplissent des besoins très differents.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1911
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Mer Jan 21, 2015 10:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

gl a écrit:
Les routes ne sont pas en "concurrence" avec le transport en commun. Ce sont deux types de transport qui remplissent des besoins très differents.

Oui et non. Monsieur et madame Tout-le-Monde qui part de chez soi le matin pour aller bosser en ville ou aller étudier à l'université a le choix entre plusieurs moyens de transport, incluant l'auto (utilisée habituellement en solo) et le transport en commun. Si vous ouvrez grandes les vannes du transport routier avec autoroutes et stationnement gratuit, ces personnes opteront massivement pour ce mode de transport. En matière de déplacements individuels, il y a clairement des vases communicants. Prétendre le contraire c'est se mettre la tête dans le sable. D'autre part, en matière de transport des marchandises y'a pas photo comme disent nos cousins d'outre-Atlantique mais nous ne parlons pas de ça ici. Restent les déplacements régionaux ou interrégionaux où l'offre TC est faible ou non-concurrentielle. Mais, répétons-le, pour les mouvements pendulaires vers le centre, TC et auto sont en concurrence et servir l'un, c'est nécessairement desservir l'autre.

Dans un univers sans contraintes où on est gentil avec tout le monde parce que l'on ne veut pas froisser personne et incapable de mettre ses culottes et assumer ses choix de société (exemples : diminuer les émissions de GES, densifier l'habitat), on investira dans les deux modes mais c'est du gaspillage de ressources. Il faut user de la carotte (augmenter l'offre TC) ET du bâton (tarifer l'offre routière et ne pas en augmenter la capacité).
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Asakha



Inscrit le: 01 Juin 2008
Messages: 1503

MessagePosté le: Mer Jan 21, 2015 1:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

gl a écrit:
Les routes ne sont pas en "concurrence" avec le transport en commun. Ce sont deux types de transport qui remplissent des besoins très differents.


Ça dépend, le train de l'est serait différent si le pont de la 25 n'avait pas été construit. Imagine les ponts de la rive-sud s'il y avait autre chose qu'une simple voie réservée sur Champlain !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gl



Inscrit le: 31 Mai 2002
Messages: 3638
Localisation: Laval

MessagePosté le: Mer Jan 21, 2015 1:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les deux se complémentent. Il y a une certaine interchangabilité pour certains usagers, mais tu ne pourrais jamais éliminer le besoin de transport routier point a point. Ni pour les personnes, ni pour les marchandises. Les particularités des deux besoins sont beaucoup trop differents.

Je répondais principalement aux points ci-haut:

"...il ne faudrait pas que le gouvernement entre en concurrence directe...en continuant de financer des projets d'autoroute". C'est déja assez difficile de prendre l'autobus avec quelques boites, encore moins avec de la marchandise ou des palettes. Ou de partir de Laval pour aller vers la rive nord. Quel pourcentage de tout le fret qui arrive par le port de Montréal transite ensuite par camion? ...par transport en commun?Oubliez la concurrence directe.

"quand le gouvernement fait une compétition déloyale avec ses autoroutes gratuites à l'usage" (évidemment, le personne qui a dit cela n'a jamais fait un plein d'essence ou payé d'immatriculation...)

"on continue malgré tout de financer le prolongement de l'A-19". La 19 va remplacer quel transport en commun éxistant? En fait, elle va permettre d'en ajouter...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Jeu Jan 22, 2015 1:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne m'attaquais pas à l'usage de l'automobile sur les points que mentionnais ci-dessus. Ce que je voulais dire c'est qu'il y a un véritable manque de cohérence dans toutes les décisions qui se prennent en matière de transport.

Est-ce-que lorsque les lois seront modifiées pour permettre à la Caisse de dépôt du Québec de participer au financement des projets de transport collectif, il y aura un changement de cap en ce qui concerne la politique de transport et d'urbanisme du gouvernement? Pour justement faire en sorte que ces projets soient rentables et que d'un côté on n'ait pas la Caisse qui finance toute seule les projets de TEC et de l'autre, le gouvernement qui continue à financer les projets routiers et que les deux arrivent en concurrence, l'un contre l'autre, alors que c'est ce dernier qui, en premier lieu, a permis à la Caisse de financer les projets de TEC?

À mon avis, c'est fort probable que non car, depuis plusieurs années, il y a un véritable manque de cohérence et de gestion dans toutes les décisions qui se prennent au niveau gouvernemental. Et je ne suis pas le seul à en parler. Le chroniqueur Marc-André Carignan dénonce ce manque de vision d'ensemble en matière de transport:

Citation:
Des projets de transport à l’emporte-pièce

On peut se réjouir du partenariat que Québec vient d’annoncer avec la Caisse de dépôt pour financer nos infrastructures de transport, comme le SLR sur Champlain et le Train de l’Ouest. Mais existe-t-il une vision d’ensemble pour unir tous ces projets?

Je me permets d’en douter, puisque depuis quelques années, l’improvisation semble régner au sein du gouvernement provincial. Non seulement les priorités diffèrent d’un ministre à l’autre, mais on annonce constamment des projets à la pièce sans qu’un véritable plan de développement régional cohérent puisse justifier en toute transparence ces décisions politiques.

Souvenons-nous qu’il y a moins d’un an, Mme Marois annonçait officiellement un SLR sur le pont Champlain et confirmait le prolongement souterrain de la ligne bleue du métro, en plus d’avoir des ambitions similaires pour la ligne jaune à Longueuil.

À peine quelques mois plus tard, le nouveau cabinet libéral laisse entendre que des autobus prendront le relais sur le nouveau pont Champlain, faute de budget, si le SLR n’est pas rentable aux yeux de la Caisse de dépôt. Le Train de l’Ouest (possiblement accompagné d’un lien ferroviaire vers l’aéroport) est soudainement devenu une priorité, et on ouvre désormais la porte à un prolongement de la ligne bleue… hors terre!

Et pendant qu’on étudie des projets de transport collectif pour la Rive-Sud et l’Ouest-de-l’Île, on s’apprête à financer un prolongement d’autoroute, à Laval, qui risque fort de favoriser l’étalement urbain et la voiture solo.

Mais comment justifie-­t-on le fait d’avoir choisi ces projets? Par la pression populaire? Par un programme politique? Par leur rentabilité espérée? Ou a-t-on simplement oublié de rendre public un plan de match qui permettrait d’orienter équitablement le développement de nos infrastructures en fonction des changements démographiques projetés dans le grand Montréal ces 30 prochaines années?

Cette absence de transparence choque d’ailleurs certains experts en transport, comme le professeur en urbanisme de l’Université de Montréal Paul Lewis. «Le gouvernement a souvent peu de données à rendre publiques pour qu’on puisse analyser adéquatement ses projets, indique-t-il. Ça devient difficile dans ce contexte de débattre des options à envisager, de comprendre ce qui mérite d’être fait ou pas, même si c’est notre argent qui est investi.»

M. Lewis rappelle également que tous ces changements de cap politiques ont un coût significatif pour les contribuables. Il a parfaitement raison, notamment en ce qui concerne la ligne bleue de la STM. Comment se fait-il que des cabinets d’architecture et d’ingénierie ont déjà entamé des mandats de conception des futurs tunnels et stations de métro, alors que le ministre Poëti semble indiquer que d’autres options de train en surface n’ont pas encore été suffisamment étudiées?

Toute une gestion des fonds publics…


Lien: http://journalmetro.com/opinions/paysages-fabriques/706717/des-projets-de-transport-a-lemporte-piece/
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
gl



Inscrit le: 31 Mai 2002
Messages: 3638
Localisation: Laval

MessagePosté le: Jeu Jan 22, 2015 3:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le hic est que les besoins dans les differents types de transport dépassent tellement les moyens disponibles que n'importe quel projet va immanquablement attirer des remarques "oui, mais est-ce plus important que..." et c'est impossible de vraiment dire qu'un projet est nettement plus important qu'un autre. Un va avoir des benefices économiques, d'autres sociaux, etc.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1911
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Jeu Jan 22, 2015 6:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

gl a écrit:
Le hic est que les besoins dans les differents types de transport dépassent tellement les moyens disponibles que n'importe quel projet va immanquablement attirer des remarques "oui, mais est-ce plus important que..." et c'est impossible de vraiment dire qu'un projet est nettement plus important qu'un autre. Un va avoir des benefices économiques, d'autres sociaux, etc.

Oui mais tous ces bénéfices peuvent être évalués et les projets comparés entre eux; ces outils sont couramment utilisés et maîtrisés. En absence d'information, il est d'autant plus facile de changer d'orientations au gré des changements de gouvernement ou d'humeur des ministres concernés. Selon toute apparence, ce serait donc des politiques à courte vue qui motiveraient ces décisions en matière de transport. Rien de nouveau sous le soleil...
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Réjean Benoit



Inscrit le: 21 Nov 2004
Messages: 243
Localisation: Montreal

MessagePosté le: Ven Jan 11, 2019 9:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

AMTFan1 a écrit:
La semaine dernière, il a été annoncé que la Caisse de dépôt et de placement du Québec financerait les projets d'infrastructure de transport en commun.

Dans ce reportage de Radio-Canada, il est présenté plusieurs exemples de projets dans lesquels la Caisse a participé, comme le Skytrain à Vancouver. Des projets qui sont rentables pour la Caisse, mais à plusieurs conditions:

1- Il faut que les gouvernements adoptent une politique cohérente en matière de transport. Par exemple il ne faudrait pas que le gouvernement entre en concurrence directe avec la Caisse (qui finance les projets de TEC) en continuant de financer des projets d'autoroute.

Lors de l'entente entre la caisse de dépôt et le gouvernement pour financer les projets d'infrastructures de transport collectif, plusieurs sont allés hurler sur les toits qu'on va perdre de l'argent dans nos caisses de retraites car le transport en commun est déficitaire par définition. Évidemment, c'est difficile d'être rentable quand le gouvernement fait une compétition déloyale avec ses autoroutes gratuites à l'usage et les stationnements gratuits causés par le zonage et les règlements municipaux. Dans d'autres pays, en Europe et au Japon, ils ont trouvé des moyens pour que le TEC s'auto-finance.

C'est l'une des raisons principales pourquoi les compagnies privés ne voulaient sûrement pas investir dans les grands projets de TEC au Québec puisque le principal compétiteur est subventionné à mort par le gouvernement. Le parfait exemple est les suivant: pendant qu'on impose l'austérité, on continue malgré tout de financer le prolongement de l'A-19.

2 - Il doit y avoir tout de même une participation des gouvernements et d'autres entreprises privées. La Caisse ne peut à elle seule financer à 100% les projets de transport collectif. Sinon le risque devient beaucoup trop grand pour elle.

Bref, un reportage intéressant à écouter: http://ici.radio-canada.ca/tele/le-telejournal-18h/2014-2015/segments/reportage/898/caisse-depot-placement-exemple-skytrain-vancouver?isAutoPlay=1


Je vous invite à revoir la vidéo:
Macki Tall a dit au journaliste qu'il voulait rentabiliser le projet sur 30 à 40 ans: Le contrat est de 2 fois 99 ans pour un total de 198 ans.
Plus value immobilier, achalandage pour rentabiliser le projet. On ne parle pas d'un déficit annuel de 414 millions à payer par le gouvernement et les municipalités: L’ARTM a confirmé une facture de 592 M $ annuellement en 2027 avec 140% de l’achalandage prévu. Québec devra payer 326 millions $ pour le déficit du REM et les municipalités 88 millions $. Document ARTM, page 22
http://www.artm.quebec/wp-content/uploads/2018/04/REM_ententes_presentation.pdf

6:20 le REM passe en surface sur le bassin du vieux-port. Pourtant ils ont présenté officiellement une station sous le bassin....
_________________
Auteur de la base de donnée Tramworld et du livre Tramworld. Très actif sur Twitter: https://twitter.com/TramWorld
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Un désir nommé tramway Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com