metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

GES : plus j'étudie, plus je pollue !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Autres moyens de transport
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Nov 03, 2014 12:53 pm    Sujet du message: GES : plus j'étudie, plus je pollue ! Répondre en citant

En marge des études et méta-études effectuées par le GIEC sur les effets délétères de l'humanité sur le climat, une étude réalisée auprès des français par le CEREMA révèle des conclusions intéressantes : les plus grands pollueurs ne sont pas ceux que l'on pense ! Article publié dans un blog hébergé sur le site web du quotidien Le Monde.

Olivier Razemon, 3 nov. 2014 a écrit:
Plus on est diplômé, plus on émet de CO2 en se déplaçant

Les recommandations se succèdent aux recommandations, les rapports aux rapports, les mises en garde aux mises en garde. Le nouveau document publié par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) (lire ici l'article de Stéphane Foucart) réitère le constat, connu depuis longtemps : ne pas agir contre le dérèglement climatique se révélera, à terme, plus coûteux que d’agir. Le défi commence à agiter sérieusement le secteur des transports, responsable, à l’échelle de la planète, de 23% des émissions de CO2 issues de la combustion d’énergies fossiles. Nous tous, qui nous déplaçons de plus en plus, tout le temps, et toujours plus vite, sommes invités à davantage de sobriété.

Les plus diplômés, et non les plus riches. Mais au fait, qui sont les gens qui émettent le plus de CO2 lors de leurs déplacements ? "Les plus diplômés", répond, en substance, une étude du Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), un établissement dépendant de l’État. L’étude, qui s’appuie sur 20 000 entretiens individuels réalisés au cours des "enquêtes ménages déplacements" mandatées par les pouvoirs publics, a analysé les conséquences de 125 000 trajets quotidiens et de 18 000 voyages de plus de 80 kilomètres, quel que soit le mode de transport choisi.

En France, 60% des émissions rejetées par 20% des individus. "Les transports produisent 26% des 500 à 700 millions de tonnes d’équivalent CO2 émises chaque année en France, et cette proportion s’accroît. Nous voulons mieux connaître les comportements pour mieux réduire les émissions", explique Damien Verry, du département "Déplacements durables" du Cerema, qui présentait le document le 14 octobre lors d’un colloque organisé par la Coopération pour le développement et l’amélioration des transports urbains et périurbains (Codatu), à Paris.

Il apparaît que 20% des Français sont responsables de 60% des émissions. Le Cerema dresse un portrait-robot de ce "grand émetteur" : "un homme, riche, diplômé, actif, possédant une ou plusieurs voitures, vivant dans un foyer comportant un ou deux enfants, installé dans un territoire rural ou périphérique relativement éloigné des transports publics, des établissements scolaires et des commerces".

"Grands navetteurs", "grands voyageurs" et "hypermobiles". Mais sous ce profil se cachent plusieurs groupes assez différents. Les "grands navetteurs", responsables de 30% des émissions, représentent 13% de la population. Habitant dans le périurbain et disposant de revenus plutôt confortables, ils émettent beaucoup de CO2 lors de leurs trajets quotidiens, mais voyagent peu. Les 1,6% de "grands voyageurs" émettent à eux seuls 10% des rejets liés aux transports. Il s’agit de ménages actifs et très diplômés vivant en centre-ville, mais aussi de retraités fortunés. S’ils limitent les rejets de gaz à effet de serre lors de leurs trajets quotidiens, ces voyageurs sont responsables de fortes émissions à longue distance. Une troisième catégorie, baptisée "hypermobiles", présente les caractéristiques des deux premiers groupes : diplômés, actifs et aisés, ils sont aussi très motorisés et vivent dans les banlieues cossues des métropoles. Ils ne représentent que 5% de la population mais émettent 19% des rejets globaux.

La combinaison de ces données permet au Cerema d’isoler le principal point commun des "grands émetteurs" : le diplôme et non, comme on le croit parfois, le revenu. Autrement dit, plus les gens ont passé de longues années sur les bancs de l’université ou des grandes écoles, plus ils ont tendance à se déplacer en émettant des gaz à effet de serre. En forçant le trait, on peut même ajouter que, plus on a les moyens d’être conscients du risque que représente le CO2, plus on en émet.

Effet barbecue. L’étude du Cerema confirme ainsi "l’effet barbecue", bien connu des sociologues : les habitants du périurbain, qui montent dans leur voiture tous les matins, n’émettent finalement pas davantage, au cours de leur vie, que les habitants du centre-ville, qui circulent tous les jours en transports en commun, mais prennent aussi le train pour assister à des colloques ou à des rendez-vous d’affaire, sans compter l’avion le week-end. Car les périurbains, une fois terminé leur va-et-vient quotidien, ne bougent plus, et s’assoient autour du barbecue.

Olivier Razemon


Source : http://transports.blog.lemonde.fr/2014/11/03/plus-on-est-diplome-plus-on-emet-de-co2-en-se-deplacant/[/b]
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuelmath



Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 4500
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Nov 08, 2014 3:44 pm    Sujet du message: Re: GES : plus j'étudie, plus je pollue ! Répondre en citant

Olivier Razemon, 3 nov. 2014 a écrit:
Effet barbecue. L’étude du Cerema confirme ainsi "l’effet barbecue", bien connu des sociologues : les habitants du périurbain, qui montent dans leur voiture tous les matins, n’émettent finalement pas davantage, au cours de leur vie, que les habitants du centre-ville, qui circulent tous les jours en transports en commun, mais prennent aussi le train pour assister à des colloques ou à des rendez-vous d’affaire, sans compter l’avion le week-end. Car les périurbains, une fois terminé leur va-et-vient quotidien, ne bougent plus, et s’assoient autour du barbecue.


Effectivement, on oublie souvent les déplacements interrégionnaux et internationaux qui rentre beaucoup plus en compte dans la pollution atmosphérique que les déplacements en voiture des simples banlieusards.

Olivier Razemon, 3 nov. 2014 a écrit:
"Les transports produisent 26% des 500 à 700 millions de tonnes d’équivalent CO2 émises chaque année en France, et cette proportion s’accroît."


Étonnant. Je pensais que les transports représentaient plus que 26% des émissions.
_________________
Samir Metta
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
nanar



Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 1741
Localisation: Lyon (France) - âge : 66 ans

MessagePosté le: Dim Nov 09, 2014 11:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bizarre. Les cadres qui prennent l'avion pour des colloques ou rendez vous d'affaire,
dans la boite où je travaille, ils habitent aussi en banlieue, relativement chic.
Et prennent peu les TEC pour leurs migrations quotidiennes.

Mais au fait, les barbecues, ça n'émet pas de C02 ? Oh que oui, et pas seulement.
http://www.consoglobe.com/idee-recue-faire-barbecue-ecologique-4189-cg

Autre question :
est ce que bruler la tonte des pelouses, les feuilles et les branches mortes est autorisé au Québec ?
Apparemment oui. En France c'est strictement interdit, (c'est très polluant).

Je remets le lien complet sur le blog de Olivier Razemon du journal le Monde
Les commentaires de certains lecteurs sont intéressants :

http://transports.blog.lemonde.fr/2014/11/03/plus-on-est-diplome-plus-on-emet-de-co2-en-se-deplacant/


.
_________________
www.darly.org & www.lyonmetro.org

"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution au problème des déplacements en ville, vous êtes une partie du problème."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Dim Nov 09, 2014 3:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

nanar a écrit:
Autre question :
est ce que bruler la tonte des pelouses, les feuilles et les branches mortes est autorisé au Québec ?
Apparemment oui. En France c'est strictement interdit, (c'est très polluant).

Il faudrait vérifier qui a juridiction en la matière. Les municipalités et MRC ont le droit de réglementer la qualité de l'air c'est certain mais les gouvernements supérieurs ont peut-être leur mot à dire aussi. En tout cas,dans la mesure où elle réglemente sévèrement l'usage des foyers domestiques, je ne serais pas surpris que la Ville de Montréal interdise ces petits feux "domestiques" que sont ceux que vous évoquez. C'est très rare que je vois cela en tout cas et encore, uniquement à la campagne.
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nanar



Inscrit le: 08 Mai 2008
Messages: 1741
Localisation: Lyon (France) - âge : 66 ans

MessagePosté le: Lun Nov 10, 2014 4:00 am    Sujet du message: Re: GES : plus j'étudie, plus je pollue ! Répondre en citant

samuelmath a écrit:

Olivier Razemon, 3 nov. 2014 a écrit:
"Les transports produisent 26% des 500 à 700 millions de tonnes d’équivalent CO2 émises chaque année en France, et cette proportion s’accroît."

Étonnant. Je pensais que les transports représentaient plus que 26% des émissions.

Le pourcentage n'est pas tout. Le montant en valeur absolue auquel s'applique ce pourcentage également :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone_par_habitant

A+
_________________
www.darly.org & www.lyonmetro.org

"Si vous ne considérez pas le vélo urbain comme une partie de la solution au problème des déplacements en ville, vous êtes une partie du problème."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuelmath



Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 4500
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Nov 22, 2014 2:13 pm    Sujet du message: Re: GES : plus j'étudie, plus je pollue ! Répondre en citant

nanar a écrit:
Le pourcentage n'est pas tout. Le montant en valeur absolue auquel s'applique ce pourcentage également.


D'accord. Sauf que je dois croire que ce 26% est la somme de tout type de transport. Les transports commerciaux et industriels ont sûrement un plus grand pourcentage que les transports résidentiels, surtout si on tient compte des importations.
_________________
Samir Metta
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Nov 22, 2014 4:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le pourcentage, le taux, sont des notions par définition relatives, puisque, pour parler des sources d'émission de gaz à effet de serre (GES), on fait état de l'importance du secteur des transports par rapport aux autres sources d'émissions. Au Québec, ce taux était encore tout récemment de 43%. Si ce taux est indubitablement élevé, il témoigne à la fois du fait que nous polluons beaucoup en nous déplaçant et en transportant des marchandises, mais également que les autres sources d'émissions sont relativement peu polluantes. Si on prend comme exemple le secteur énergétique, l'on comprend aisément que le recours massif à la production hydroélectrique résulte en une faible représentativité de ce secteur dans les sources d'émissions. Autre exemple intéressant : il est avéré que l'ajout d'une nouvelle cimenterie à Port-Daniel en Gaspésie fera bondir les émissions en GES du Québec. Il en résultera également que la part relative du secteur industriel dans les émissions de GES augmentera et que celle du secteur des transports diminuera, même si les quantités de polluants émises par autos, camions, trains et bateaux restent les mêmes !
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TurboLed



Inscrit le: 08 Jan 2003
Messages: 1067
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 8:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

CO2 n'est pas de la pollution. Corrigez le titre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 10:25 am    Sujet du message: Répondre en citant

TurboLed a écrit:
CO2 n'est pas de la pollution. Corrigez le titre.

Commentaire loufoque !

Définition du terme pollution dans le dictionnaire Trésor de la langue française a écrit:
POLLUTION, subst. fém.
(...)
B. Cour. Infection due à la présence (dans l'eau, dans l'atmosphère) d'agents chimiques, biologiques ou physiques.
(...)
Pollution atmosphérique, pollution de l'atmosphère. ,,Présence dans l'air de particules en suspension, liquides ou solides, ou même de certains gaz constituant, à partir d'une certaine concentration, un inconvénient à titre quelconque`` (CHASS. 1970). V. infra ex.

Source : http://atilf.atilf.fr/

Définition de Dioxyde de carbone dans futura-sciences.com a écrit:
Composé d’un atome de carbone et de deux atomes d’oxygène, le dioxyde de carbone (CO2) est une molécule linéaire. Aux conditions normales de pression et température, ce composé inorganique est présent sous forme gazeuse : c’est le gaz carbonique. On peut néanmoins le retrouver sous forme liquide et solide.

Le gaz carbonique est un puissant gaz à effet de serre. Il est produit lors des processus de combustion. Pour cette raison, la production industrielle et les émissions automobiles représentent un problème écologique majeur. En mai 2013, le seuil symbolique des 400 ppm a été atteint à Hawaï. Pareille concentration n’avait pas été atteinte depuis deux millions d’années.

Le métabolisme humain produit du CO2, qui est éliminé lors de l'expiration. L'air expiré contient environ 4 % de CO2. Incolore et inodore, le dioxyde de carbone se forme dans les tissus de l'organisme et qui est éliminé par les poumons.

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/dico/d/developpement-durable-dioxyde-carbone-729/

Notez que le texte cité au début de ce fil de discussion parle "d'équivalent CO2". L'effet du dioxyde de carbone sur le réchauffement de l'atmosphère est bien connu si bien qu'il sert d'étalon de mesure pour établir l'effet de serre résultant des autres gaz comme le méthane par exemple.
Unités de mesure des gaz à effet de serre a écrit:
Il existe plusieurs gaz à effet de serre (GES) dont la nocivité est différente. Plutôt que de mesurer les émissions de chaque gaz, on utilise une unité commune : l’équivalent CO2 ou l’équivalent carbone, très utile puisqu’elle est l’unité d’échange des crédits d’émission prévu par le Protocole de Kyoto.

Source : http://www.riaed.net/?Unites-de-mesure-des-gaz-a-effet
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rotax



Inscrit le: 02 Déc 2009
Messages: 3744
Localisation: Laval

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 2:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

M.L. a écrit:
TurboLed a écrit:
CO2 n'est pas de la pollution. Corrigez le titre.

Commentaire loufoque !


Source : http://www.riaed.net/?Unites-de-mesure-des-gaz-a-effet


Selon Wikipedia :

Citation:


Les pollutions de l’air et les gaz à effet de serre ne doivent pas être confondus.

Les espèces polluantes émises ou transformées dans l'atmosphère sont très nombreuses. Même si leurs concentrations sont très faibles (mesurées en général en microgrammes par mètre cube), elles peuvent avoir des effets notamment sur la santé6.

Les gaz à effet de serre ne sont pas à proprement parler des polluants atmosphériques7,8.

Si l'on prend l'exemple de la pollution routière :

« Les véhicules sont à l’origine de deux types bien distincts d’émissions dans l’atmosphère :
les polluants de l’air dits polluants locaux composés de gaz toxiques (ex. : monoxyde de carbone, oxydes d’azote) ou de particules nocives qui ont un effet direct sur la santé (voies respiratoires et maladies cardio-vasculaires)
et le dioxyde de carbone ou CO2. Principal gaz à effet de serre, il est responsable du changement climatique mais a peu d’effet direct sur la santé. »9.
Le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa) regroupe par thème l'effet de serre (GES) et quatre principaux types de pollution de l'air10.



http://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_de_l%27air#Polluants_atmosph.C3.A9riques_et_gaz_.C3.A0_effet_de_serre

Bref :
Polluant atmosphérique : Cause des problèmes de santé
Gaz à effet de serre : Cause des changements climatiques

Comme les concentrations actuelles de CO2 ne sont pas suffisantes pour causer des problèmes de santé, ce gaz n'est pas considéré comme étant un polluant. La définition d'un polluant, c'est une substance qui, dans l'environnement, a des effets toxiques et/ou écotoxiques.

Autre exemple : la vapeur d'eau est un important gaz à effet de serre, mais jamais il nous viendrait l'idée de classer ce gaz comme étant un polluant atmosphérique.

Toutefois, l'article Wiki semble se contredire à certains endroits. Plusieurs considèrent le CO2 comme polluant atmosphérique, d'autres non.

Un autre article stipule la chose suivante :

Citation:

Les écologues et les spécialistes de la chimie de l'atmosphère ont confirmé dans les années 1990 que l'excès[réf. nécessaire] de dioxyde de carbone (CO2) était une forme de pollution. Le CO2 répond [réf. nécessaire] à deux définitions officielles du polluant (altéragène chimique15) et du polluant de l'air : substance introduite directement ou indirectement par l’homme dans l’air ambiant et susceptible d’avoir des effets nocifs sur la santé humaine et l’environnement dans son ensemble16 ; bien qu'à l'heure actuelle la concentration atmosphérique du CO2 soit très loin d'une valeur susceptible d'être nocive.


http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89missions_de_dioxyde_de_carbone#Toxicologie.2C_.C3.A9cotoxicologie
_________________
Ukončete, prosím, výstup a nástup, dveře se zavírají.
Příští stanice, Hlavní Nádraží. Přestup na linky S a dalši vlakové spoje.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jac_murphy



Inscrit le: 30 Sep 2010
Messages: 339

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Rotax appuie la définition que je connais. Les deux peuvent être regroupés sous la catégorie de "émissions," mais ne sont pas les uns et les mêmes.

-Jacques
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 6:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Wow, à ce rythme, on peut débattre encore longtemps et se chipoter à coup de virgules ! À Wikipédia, je préfère encore la page du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Indice de la qualité de l'air (IQA) a écrit:

Les polluants

•L'ozone (O3)
•Les particules fines (PM2,5)
•Le dioxyde de soufre (SO2)
•Le dioxyde d'azote (NO2)
•Le monoxyde de carbone (CO)

(...)

Le monoxyde de carbone (CO)

Nature et description

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore, inodore et insipide produit par la combustion incomplète de toute matière organique, incluant les carburants fossiles (dérivés du pétrole), les déchets et le bois. Une fois dans l'atmosphère, il se transforme éventuellement en dioxyde de carbone (CO2), un des plus importants gaz à effet de serre. En ville, on observe les concentrations maximales de CO aux heures de pointe de circulation automobile, à proximité des autoroutes et des grandes artères urbaines.

Sources d’émission

Les principales sources de monoxyde de carbone sont le transport (75,7 %), le secteur industriel (13,5 %) et le chauffage au bois (10,6 %).

(...)

Effets sur la santé et l’environnement

Le monoxyde de carbone est un polluant toxique, et ce, qu’il soit respiré en fortes concentrations à court terme ou à faible dose à long terme. Il pénètre rapidement dans le sang où il réduit l’apport d’oxygène aux organes et aux tissus. Les fumeurs et les personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires sont les plus affectés par le CO. Les symptômes d’intoxication se traduisent par des étourdissements, des maux de tête, de la somnolence, des troubles de motricité ou de vision ainsi que par une diminution de la dextérité et des réflexes.

Source : http://www.iqa.mddelcc.gouv.qc.ca/contenu/polluants.htm#carbone
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
M.L.



Inscrit le: 23 Fév 2002
Messages: 1919
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Nov 24, 2014 6:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

L'Environmental Protection Agency américaine présente un exposé des polluants atmosphériques semblable à celui du ministère québécois précité (beaucoup d'information sur ce site comme on aurait pu s'en douter).

http://www.epa.gov/airquality/urbanair/

Ici encore, on ne parle pas du dioxyde de carbone comme polluant mais bien du monoxyde de carbone, lequel, à une concentration élevée, peut être mortel. C'est à la suite d'une transformation chimique ayant lieu dans l'atmosphère qu'il gagne un atome d'oxygène et devient du dioxyde de carbone. Comme tel, on peut alors affirmer qu'il perd de sa toxicité pour les humains mais il gagne une autre qualité elle aussi potentiellement menaçante s'il se trouve en trop grande quantité : l'effet de serre qu'il occasionne en "piégeant" la chaleur venue du soleil dans l'atmosphère terrestre.

Dans la mesure où c'est du monoxyde de carbone qui résulte du fonctionnement des moteurs, on peut donc affirmer que ce gaz constitue un "polluant". À mon avis, le titre de ce sujet de discussion reste donc approprié.
_________________
L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des balustrades très basses. (Borgès, Fictions, Gallimard, Folio, p.71)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
samuelmath



Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 4500
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Dim Nov 30, 2014 1:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le CO2 est un gaz à effet de serre important, sauf que ce n'est pas le seul problème de la permanence de l'effet de serre. Le CO2 prend 100 à 200 ans avant de disparaitre de l'atmosphère terrestre alors que le tétrafluorure de carbone (CF4), utilisé comme réfrigérant et dans la fabrication de pièces microélectroniques, prend 32000 ans avant de se dissiper.

Source: site du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)

http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/wg1/ar4-wg1-ts-fr.pdf

Si on regarde l'évolution de la vie humaine depuis l'antiquité, on a toujours eu a produire du CO2 avec l'élevage. Il est certain qu'en réduisant notre consommation de viande et produits laitiers, on réduirait les émissions de CO2. Sauf qu'avec l'augmentation de la population mondiale depuis les 150 dernières années et la surutilisation de l'automobile, on se retrouve avec une trop grande part de CO2 dans l'atmosphère. Si on veut baisser significativement le taux de CO2 dans l'atmosphère terrestre, il faudrait non seulement diminuer le nombre d'automobiles en circulation dans les pays occidentaux, mais aussi baisser le taux de natalité au niveau mondial.
_________________
Samir Metta
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
TurboLed



Inscrit le: 08 Jan 2003
Messages: 1067
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Lun Déc 01, 2014 8:45 am    Sujet du message: Répondre en citant

M.L. a écrit:

Dans la mesure où c'est du monoxyde de carbone qui résulte du fonctionnement des moteurs, on peut donc affirmer que ce gaz constitue un "polluant". À mon avis, le titre de ce sujet de discussion reste donc approprié.


D'accord, mais les automobiles d'aujourd'hui n'émettent pratiquement pas de monoxyde sauf au démarrage à froid. Il y a sur votre voiture une pièce très dispendieuse qui s'appelle un catalyseur. Par contre au Québec on est un des rares états qui ne veut pas inspecter les véhicules de façon périodique. On préfère s'attaquer à la bagnole tout court. Résultat: On se retrouve sur nos routes avec des vieux bazous qui brûlent une quantité d'huile de polluants pire que n'importe quel camion ou autobus.

Le monoxyde résulte d'une combustion incomplète. Plus votre voiture est récente, plus elle est équipée de technologie pour corriger le mélange air-essence et rendre la combustion plus efficace. Une combustion complète devrait ne donner que de l'eau et du CO2, pareil que dans nos cellules qui brûlent des molécules de glucose.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
kodun



Inscrit le: 06 Jan 2002
Messages: 1841
Localisation: Fabre - Iberville

MessagePosté le: Mer Déc 03, 2014 8:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bon bon, il n'y a pas que du CO et CO2 de rejeté par les procédés en question! Il y a les particules fines (diesel), les NOx, benzènes et autres produits toxiques. C'est sans compter que nombre de pays n'ont pas les mêmes normes qu'ici et, étonnement, beaucoup ajoutent encore du plomb dans leurs carburants.

Ça c'est pour les carburant et leur combustion, faut-il encore s'attarder à leur exploration, extraction, transformation, transport et distribution; tous des secteurs qui ont leurs impacts environnementaux et qui, aux dernières nouvelles, sont majeurs.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Autres moyens de transport Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com