metrodemontreal.com Index du Forum metrodemontreal.com
Un lieu de discussion du transport en commun de Montréal et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des pipelines dangereux!

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Votre forum
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Sam Sep 28, 2013 7:09 pm    Sujet du message: Des pipelines dangereux! Répondre en citant

Contrairement à la croyance populaire suite à la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, les pipelines, plus particulièrement ceux transportant du pétrole des sables bitumineux, ne sont pas plus sécuritaires que le transport ferroviaire de matières dangereuses.

Citation:
La question de la sécurité du transport du pétrole se pose avec acuité au Québec depuis la catastrophe de Lac-Mégantic. Les pipelines, l'autre principale option, sont sous les projecteurs de l'actualité avec la demande d'Enbridge d'inverser le sens de sa ligne 9B au Québec et en Ontario. L'entreprise veut ainsi transporter jusqu'à 300 000 barils par jour de pétrole issu entre autres des sables bitumineux.

Ce pipeline présente de nombreuses similitudes avec une autre ligne de l'entreprise, la 6B, qui est à l'origine de l'un des plus importants déversements terrestres de pétrole enregistrés aux États-Unis. Le 25 juillet 2010, près de 3,5 millions de litres de brut se sont répandus au beau milieu du Michigan, près de la petite ville de Marshall qui borde la rivière Kalamazoo. Une succession d’erreurs humaines a fait en sorte que l’entreprise Enbridge a mis plus de 17 heures pour réaliser qu’elle faisait face à une fuite.


Voici un reportage de l'émission "Enquête" que je recommande de regarder:

http://www.radio-canada.ca/emissions/enquete/2013-2014/Reportage.asp?idDoc=314007&autoPlay=http%3A%2F%2Fwww.radio-canada.ca%2FMedianet%2F2013%2FCBFT%2F2013-09-26_21_00_00_enq_0142_03_500.asx%2Chttp%3A%2F%2Fwww.radio-canada.ca%2FMedianet%2F2013%2FCBFT%2F2013-09-26_21_00_00_enq_0142_04_500.asx

Les consultations publiques de l'entreprise Enbridge en ce qui concerne l'inversion du flux du pipeline 9B au Québec et en Ontario pour transporter du pétrole des sables bitumineux débuteront bientôt dès cet automne.

Bien que plusieures voix s'élèvent dans le milieu politique et des affaires pour cet inversion du flux de l'oléoduc, cela ne profitera pas nécessairement au Québec (2 milliards de dollars en retombées fiscales sur 40 ans seulement!) puisque ce pétrole sera transporté au terminal maritime de Saint-Jean au Nouveau Brunswick pour l'exportation à l'étranger, et non pour les raffineries de Montréal-Est:

http://www.youtube.com/watch?v=RsEeAotgUMQ
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Sylvain



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 3306
Localisation: Trois-Rivières,QC

MessagePosté le: Dim Sep 29, 2013 9:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pendant ce temps là, ils y a des gens qui pensent que les pipelines sont bien plus sécuritaires que les trains incluant nos élus municipaux. Ouch. Allez vous r'habillez tout ceux qui pensent cela.


http://www.lhebdojournal.com/Opinion/Chroniques/2013-08-21/article-3358891/Loleoduc%2C-moins-apeurant-que-le-train%3F/1

Sylvain
_________________
Petit train va loin.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur Yahoo Messenger MSN Messenger
Surfacer



Inscrit le: 31 Juil 2007
Messages: 1060
Localisation: Blainville

MessagePosté le: Lun Sep 30, 2013 7:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pendent qu'on argumente, le pétrole continu de se déverser dans les pipelines, et continu d'être acheminé par voie ferrée.

D'une manière ou d'une autre, un accident est un accident, et l'ampleur des catastrophes écologique que le pétrole crée n'est qu'une réplique proportionnelle à notre consommation beaucoup trop excessive des combustibles fossiles.

Je crois qu'on va encore argumenté dans 30 ans sur ce sujet, au lieu d'argumenté sur notre consommation
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Lun Sep 30, 2013 9:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pipeline ou voie ferrée?

La question n'est pas de savoir lequel des deux moyens de transport est sécuritaire. Dans les deux accidents, celui de Lac-Mégantic avec le déraillement du train de la MMA et celui de Marshall au Michigan avec le déversement du pipeline 6B, le seul point en commun qui a causé ces deux accidents est qu'il y a eu beaucoup de complaisance et d'assouplissements des règles et normes de sécurité. Il faut savoir que pour une entreprise privée ce qui compte avant-tout, ce sont les profits et parfois on est prêt à tourner les coins ronds pour que ça coûte le moins cher possible.

C'est pas le moyen de transport qu'il faut remettre en question, mais la façon dont on gère les questions liées à la sécurité, mais tant que l'objectif principal d'une entreprise est de faire des profits, il finira toujours par y avoir des accidents et des effets à long terme.

Imaginez un peu si à Montréal un tel accident comme à Marshall se produit avec la conduite 9B. Le pipeline de Enbridge passe par plusieurs cours d'eau importants comme il l'est montré dans le reportage. On a déjà trouvé difficile de se passer d'eau potable à Montréal pendant 24 heures il y a quelques mois lorsqu'il y a eu ce problème avec l'une des stations de traitement. Imaginez que, s'il y a déversement de pétrole des sables bitumineux dans un cours d'eau ou une rivière dans la région métropolitaine, serions-nous capable se passer d'eau potable pendant des mois, voire des années?
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Lun Sep 30, 2013 10:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Selon une étude qui a été scientifiquement validée, le fait de raffiner et remplacer du pétrole qui était jusqu'à présent conventionnel et plus léger, par du pétrole des sables bitumineux beaucoup plus lourd, entraînerait une augmentation de la pollution de l'air ambiant dans la région métropolitaine de Montréal.

Citation:
Publié le 30 septembre 2013 à 17h11 | Mis à jour à 17h34

Projet de pipeline: d'importants risques pour l'air, l'eau et la santé

SYLVAIN SARRAZIN
La Presse

Acheminer du pétrole albertain vers le Québec, tel que souhaitent le faire les sociétés Enbridge et TransCanada, présente un large éventail de risques environnementaux et sanitaires. Ceux-ci ont été consignés dans un volumineux rapport publié lundi par l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et Greenpeace.

Le premier de ces risques concernerait les émissions de gaz à effet de serre (GES), considérablement accrues. «Si on change la nature du pétrole actuellement raffiné au Québec, plus léger, par du pétrole bitumineux, on augmente l'empreinte globale de 14% à 20%», prévient Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace et co-directeur de recherche du rapport.

L'étude, scientifiquement validée, met l'accent sur la pollution générée par les raffineries qui traiteraient un pétrole plus lourd, ce qui produirait jusqu'à trois fois plus de GES. On craint également une contamination de l'air par davantage de polluants atmosphériques, comme les oxydes de soufre, d'azote, le monoxyde de carbone et le benzène.

Second risque, celui d'éventuels déversements qui auraient des conséquences beaucoup plus graves, non seulement sur les cours d'eau et les nappes phréatiques, mais également sur la qualité de l'air. «En cas de déversement en milieu habité, c'est à un cocktail atmosphérique complexe de produits toxiques auquel les résidents sont exposés», peut-on lire dans le rapport. En outre, le transport de pétrole bitumineux accroîtrait le risque de fuites ou de déversements.

Coke en stock

Enfin, une production plus élevée de coke de pétrole, un résidu du raffinage, serait à craindre. La combustion de ces éléments issus du pétrole albertain provoquerait entre autres des émissions plus importantes de dioxyde de soufre, lesquelles jouent un rôle dans l'apparition de smog et de pluies acides. Les auteurs du rapport craignent l'apparition de vastes fours à coke de pétrole, que ce soit à Montréal ou en Gaspésie, où un projet de cimenterie est actuellement à l'étude à Port Daniel. Or le Québec est déjà un des plus importants lieux de combustion de ces résidus.

Le document a été transmis au ministère de l'Environnement et à celui des Ressources naturelles. «Le gouvernement semble se diriger vers une vision très restreinte de l'évaluation environnementale du projet, où il ne verrait que le tuyau, a avancé Patrick Bonin. Il faut absolument que les impacts du raffinage d'un pétrole plus lourd soient pris en compte dans l'évaluation qui sera faite.»


Lien: http://www.lapresse.ca/environnement/pollution/201309/30/01-4694903-projet-de-pipeline-dimportants-risques-pour-lair-leau-et-la-sante.php?
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.



Dernière édition par AMTFan1 le Mer Oct 02, 2013 11:23 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
AMTFan1



Inscrit le: 04 Juil 2011
Messages: 3070

MessagePosté le: Mer Oct 02, 2013 11:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Les Québecois devront choisir entre boire de l'eau potable ou payer l'essence moins cher. Contrairement à la Colombie-Britannique, qui a refusé le projet de pipeline Northern Gateway piloté par Enbridge pour des inquiétudes environnementales, au Québec on fait l'inverse.

Bref, si le gouvernement du Québec est en train de montrer beaucoup trop de complaisance, le résultat sera fort probablement similaire à la catastrophe de Marshall au Michigan puisque le gouvernement américain avait montré la même complaisance envers Enbridge.

Si ce projet est lancé sans que le Québec dise un seul mot, et bien tant mieux si un accident se produit et pollue les cours d'eaux du Québec, privant près de 2 millions de personnes en eaux potables. Un peuple qui ne dit rien et qui ne s'implique pas dans les enjeux qui touche sa vie courante, pensant que c'est le gouvernement qui va tout résoudre à sa place, ne mérite pas plus que cela. Donc qu'ils ne se plaignent pas auprès des gouvernements si une catastrophe environnementale se produit. Les citoyens sont tout aussi responsables que les entreprises et les gouvernements.

Citation:
Pipeline d’Enbridge : silence complet à Québec

Aucune consultation n’a encore été annoncée, tandis qu’Ottawa est prêt à donner le feu vert

À quelques jours de la fin des consultations fédérales pour le projet d’Enbridge de transporter du pétrole albertain par pipeline jusqu’à Montréal, le gouvernement Marois n’a toujours pas annoncé la tenue de sa propre évaluation. Québec promet pourtant depuis près d’un an de mener une consultation sur cet oléoduc, qui fera couler jusqu’ici 300 000 barils de brut chaque jour. Le plus important projet de transport pétrolier de l’histoire du Québec suscite d’ailleurs de vives inquiétudes, y compris à la Ville de Montréal.

« Près d’un an après l’avoir promis, il est plus que temps que Québec officialise et divulgue les paramètres de l’évaluation environnementale qu’il entend mener sur le projet d’Enbridge, a souligné mardi Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace. Québec ne peut rester plus longtemps sur la ligne de touche à regarder le gouvernement Harper décider seul de notre avenir. »

Le processus d’évaluation lancé par Ottawa avec l’Office national de l’énergie est effectivement presque complété. D’ici trois semaines, les « plaidoiries finales » des consultations seront terminées. Québec n’y participe pas. On s’attend à ce que l’autorisation possible de l’inversion de la ligne 9B d’Enbridge - entre le Sud ontarien et Montréal - soit donnée au début de 2014. Le président et chef de la direction d’Enbridge, Al Monaco, estime que le brut de l’Ouest canadien arrivera au Québec dans les mois qui suivront.

Quelle consultation ?

Il est cependant impossible pour le moment de savoir quelle consultation pourrait être menée au Québec et quelle forme elle pourrait prendre. Le Devoir a tenté pendant deux jours d’obtenir des précisions à ce sujet. Mais le cabinet du ministre de l’Environnement Yves-François Blanchet n’a répondu à aucune des questions qui lui ont été transmises.

Le gouvernement Marois a démontré une ouverture certaine au projet d’Enbridge. Le ministre Blanchet a toutefois répété à plusieurs reprises qu’il entendait consulter les Québécois. Déjà en décembre 2012, il avait promis que Québec ne ferait pas « l’économie des consultations » pour ce projet de compétence fédérale. Depuis, rien n’a été annoncé. En entrevue au Devoir, le ministre a cependant déjà dit qu’il n’était pas question d’inclure de réflexion sur l’impact de l’exploitation des sables bitumineux dans l’étude québécoise.

« Il est difficile de comprendre ou d’expliquer la position du Québec, a souligné Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. Le gouvernement nous promettait une réduction de notre dépendance au pétrole et s’est donné des objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre. Mais ce n’est pas vrai qu’on peut à la fois investir dans de nouvelles infrastructures pour transporter du pétrole des sables bitumineux et réduire nos émissions de gaz à effet de serre. »

Québec affirme le contraire. Une étude de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique publiée lundi indique cependant que le pétrole des sables bitumineux peut émettre jusqu’à 20 % plus de GES que le pétrole conventionnel.

Les deux dernières raffineries du Québec ont par ailleurs plaidé en faveur du projet d’Enbridge, au nom du maintien des emplois dans le secteur. Les deux entreprises et Enbridge font du lobbying en ce sens auprès de Québec. Le mandat de certains lobbyistes vise à « favoriser le processus d’acceptabilité sociale du projet ». Suncor souhaite raffiner du brut albertain à Montréal. Ultramar pourrait charger des navires à Montréal pour le transporter à sa raffinerie de Lévis.

Montréal s’inquiète

Le gouvernement Harper, qui a déjà qualifié le pétrole des sables bitumineux de «ressource renouvelable», fait lui aussi un lobbying intensif en faveur des projets de pipelines. Avec deux projets visant son territoire, le Québec est en voie de devenir une plaque tournante pour l’exportation du pétrole albertain.

La Ville de Montréal a toutefois de « sérieuses inquiétudes » par rapport au projet d’inversion de la ligne 9B, construite en 1975. « Malheureusement, la compagnie Enbridge n’a pas, à ce jour, démontré qu’elle est en mesure de mettre en pratique une saine gestion des risques. Notre préoccupation principale est de préserver les ressources en eau potable des citoyens de l’agglomération de Montréal », a expliqué mardi Josée Duplessis, présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal. En cas de rupture dans ce pipeline, qui passe sous la rivière des Outaouais, l’approvisionnement de deux millions de Québécois serait selon elle menacé.

Enbridge estime toutefois mener les travaux nécessaires pour s’assurer de la sécurité de son pipeline de 38 ans. Elle doit réaliser au cours des prochains mois au moins 600 excavations le long de la ligne 9B dans le but de réparer certaines sections.

Selon l’Institut Polaris, la pétrolière serait responsable de 804 déversements en Amérique du Nord entre 1999 et 2010, dont celui de la rivière Kalamazoo. Ce déversement, survenu en 2010, a laissé couler près de quatre millions de litres de brut dans la rivière. Trois ans plus tard, le nettoyage n’est toujours pas complété.

La Colombie-Britannique a par ailleurs dit non au projet de pipeline Northern Gateway, piloté par Enbridge. Selon Victoria, la pétrolière « n’a pas été en mesure de répondre aux inquiétudes environnementales ». Elle n’aurait pas fourni de preuves de sa capacité à contenir un déversement en cas de rupture du pipeline ou lors du transbordement du pétrole.


Lien: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/388939/pipeline-d-enbridge-silence-complet-a-quebec
_________________
"Un pays développé n'est pas un endroit où les pauvres ont des voitures. C'est un pays où les riches utilisent le transport en commun." - Gustavo Petro, maire de Bogota.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    metrodemontreal.com Index du Forum -> Votre forum Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com